NOUVELLES

L'entraîneur des Caps Barry Trotz retourne à Nashville pour la 1re fois

15/01/2015 04:12 EST | Actualisé 17/03/2015 05:12 EDT

À l'époque où il dirigeait les Predators, Barry Trotz connaissait Nashville comme le fond de sa poche.

Il a dû procéder à de nombreux ajustements en déménageant à Washington. À ses premiers jours avec les Capitals, les déplacements du Verizon Center jusqu'à l'aéroport Dulles se révélaient souvent hasardeux.

«J'ai suivi un de nos joueurs et je n'avais pas réalisé qu'il était accompagné de sa femme, et donc il a dû aller la porter chez lui avant de se rendre à l'aéroport», s'est rappelé Trotz en riant.

Après de nombreux détours et quelques culs-de-sac sur les routes enneigées de la capitale fédérale, l'adaptation de Trotz à son nouvel environnement est quasiment complétée. Trotz visitera le vestiaire des visiteurs du Bridgestone Arena, vendredi, à l'occasion de la première visite des Capitals à Nashville depuis son embauche. Le match revêtera une importante particulière, car les Predators et les Capitals sont impliqués dans une course aux séries éliminatoires dans leur association respective.

Ce sera l'occasion pour Trotz de se tenir derrière le banc des visiteurs, et d'observer les nombreux changements qui ont été apportés aux Predators.

«Quand je suis arrivé ici, j'étais confus et j'ai dit Nashville plutôt que Washington dans certaines de mes entrevues, mais je crois que j'ai franchi cette étape, a commenté Trotz lors d'une conférence téléphonique plus tôt cette semaine. Mais c'est bien de retourner à la maison, car je peux d'une certaine façon boucler la boucle.»

Trotz considère Nashville comme chez soi puisqu'il a passé 17 ans là-bas et que ses enfants ont grandi et travaillent dans la région. L'entraîneur originaire de Winnipeg n'aurait jamais cru ça, ni l'impact qu'il a eu sur les Predators, lorsque le directeur général David Poile l'a embauché pour diriger une équipe d'expansion, alors qu'il ne comptait que de l'expérience dans les rangs mineurs.

Car Trotz fut nommé entraîneur des Predators peu de temps après que Nashville eut obtenu une concession de la LNH.

«Quand j'y repense aujourd'hui, je me dis 'C'est fou', vous comprenez?, a questionné Trotz. Quand je suis arrivée là-bas, j'essayais seulement de survivre à ma première campagne. Je n'aurais jamais cru en 100 ans que je resterais là-bas aussi longtemps. Je voulais juste diriger une équipe pendant un an, et j'ai finalement élu domicile à Nashville, au Tennessee.»

Mais toute bonne chose a une fin. Peter Laviolette est devenu la nouvelle tête d'affiche à Nashville, et pendant la brève période au cours de laquelle Pekka Rinne était au sommet de son art plus tôt cette saison, les Predators se sont hissés au sommet du classement général de la ligue — une surprise pour tout le monde.

Plus tôt cette saison, les joueurs des Predators ont déclaré que le changement était devenu nécessaire, même s'ils ont reconnu qu'ils adoraient Trotz comme entraîneur.

Certes, Trotz était au courant. Il est fier de ce qu'il a bâti — et qui est toujours en place — à Nashville, dont le système de jeu qui a permis à l'équipe du Tennessee d'engranger 29 victoires en 42 rencontres cette saison.

«Tout le monde pensait que j'étais un peu jaoux, mais j'ai dû acquérir de la maturité, a convenu Trotz. Je ne suis pas jaloux. Au contraire, je les encourage.»

Il faut dire qu'il n'est pas trop à plaindre. Les Capitals ont surmonté quelques obstacles en début de saison et sont l'une des équipes les plus dominantes présentement dans la LNH. À l'aube du duel contre les Predators, ils ont amassé au moins un point dans 18 de leurs 19 derniers matchs (14-1-4).

«C'est un nouveau départ, a lancé Trotz. Ç'a été bénéfique, je suis revigoré, si vous voulez.»

PLUS:pc