NOUVELLES

Le marché immobilier résidentiel du Québec devrait connaître une reprise en 2015

15/01/2015 01:55 EST | Actualisé 17/03/2015 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le marché immobilier résidentiel du Québec devrait connaître un regain d'activité cette année, a estimé jeudi la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

Ainsi, après deux années de recul, le nombre de ventes réalisées par l'entremise du système Centris devrait grimper de deux pour cent par rapport à 2014, pour s'établir à 72 400.

La fédération a attribué ce retour à la croissance à une légère amélioration du marché du travail, à un solde migratoire positif et aux taux d'intérêt encore très bas.

Les hausses de prix devraient cependant être «plutôt timides» en 2015, pour une troisième année de suite, a précisé la FCIQ. Le prix médian d'une maison unifamiliale devrait croître d'un pour cent pour atteindre 230 000 $.

Quant au nombre d'inscriptions de propriétés à vendre, il devrait grimper pour une cinquième année consécutive en 2015, mais plus lentement. Le marché devrait être équilibré ou à l'avantage des acheteurs, «comme c'est le cas actuellement», a précisé la FCIQ.

Dans son bilan pour l'année 2014, la FCIQ a fait état d'un total de 70 686 ventes de résidences pour le marché immobilier québécois, ce qui représentait un recul d'un pour cent par rapport à l'année précédente, a indiqué la FCIQ. Les ventes d'unifamiliales et de plex sont demeurées essentiellement stables, mais celles de copropriétés ont reculé de deux pour cent au cours de 2014.

«Au Québec, l'année 2014 s'est déroulée en deux temps : les deux premiers trimestres de l'année ont donné lieu à des baisses importantes du nombre de transactions, alors que les ventes ont repris du tonus au cours des troisième et quatrième trimestres de l'année, a expliqué le directeur du service d'analyse du marché de la FCIQ, Paul Cardinal. L'augmentation enregistrée au dernier trimestre de 2014 est d'ailleurs la plus forte en dix trimestres.»

Parmi les six régions métropolitaines de recensement, celle de Trois-Rivières a enregistré le meilleur résultat, avec une croissance des ventes de 21 pour cent. La seule autre région à avoir connu une hausse l'an dernier est celle de Québec, avec un gain de trois pour cent. La région de Gatineau a affiché le recul le plus marqué des ventes, soit six pour cent.

Après avoir observé un recul de deux pour cent de ses ventes en 2014, la région de Montréal devrait profiter d'une hausse de trois pour cent cette année — ce qui serait la première en cinq ans. La fédération s'attend à ce que 36 700 transactions soient conclues cette année dans la métropole québécoise, comparativement à 35 764 en 2014.

Le surplus de copropriétés sur le marché de la revente à Montréal, jumelé à une offre toujours élevée sur le marché des copropriétés neuves et à une demande moins soutenue, ne devrait toutefois pas permettre à ce segment du marché de connaître un rééquilibrage en 2015, a noté la FCIQ.

La FCIQ regroupe les douze chambres immobilières de la province ainsi que les 13 000 courtiers immobiliers qui en sont membres. Son système Centris regroupe toutes inscriptions de maisons à vendre des courtiers ou agences membres d'une chambre immobilière au Québec.

PLUS:pc