NOUVELLES

La dégringolade du pétrole pourrait affecter les transferts, reconnaît Couillard

15/01/2015 12:47 EST | Actualisé 17/03/2015 05:12 EDT

LONDRES - La dégringolade des prix du brut risque d'influencer à la baisse les transferts fédéraux destinés aux provinces, a concédé jeudi le premier ministre Philippe Couillard, tout en prévenant que cela ne serait pas suffisant pour le forcer à reporter son objectif du retour au déficit zéro.

En marge d'une allocution devant la Chambre de commerce Canada - Royaume-Uni, à Londres, dans le cadre de sa mission économique et politique, M. Couillard ne s'est toutefois pas inquiété outre mesure de voir le baril de pétrole se transiger sous la barre des 50 $ US.

«On ne pense pas que ça soit suffisant ou significatif pour changer nos plans, a-t-il martelé. Ça ne changera pas nos décisions.»

Même si les paiements de péréquation devaient fléchir, M. Couillard a réitéré que cela ne serait pas suffisant pour non seulement empêcher son gouvernement d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016, mais aussi le maintenir pour les années à venir.

«Certainement pas pour le budget (provincial) de cette année. Ni pour cette année ni pour l'an prochain», a-t-il dit.

Malgré la glissade continue du prix du baril de pétrole, le ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, a réitéré mercredi son intention de déposer un budget doté d'un surplus de 1,6 milliard $ en cette année électorale. Jeudi, à Calgary, le ministre Oliver a toutefois fait savoir qu'il reportait au mois d'avril le dépôt de son budget, en raison de l'incertitude causée par le prix du pétrole.

De plus en plus d'économistes semblent douter que le grand argentier du pays dispose des ressources financières pour atteindre son objectif d'un surplus de 1,6 milliard $.

Plus tôt cette semaine, la Banque TD a entre autres publié une étude dans laquelle elle anticipe un déficit de 2,3 milliards $ pour le prochain exercice financier.

Le document de l'institution soulignait cependant qu'Ottawa pourrait toujours puiser dans son fonds de prévoyance — estimé à 3 milliards $ — pour éviter de présenter un budget à l'encre rouge.

Le mois dernier, Ottawa avait annoncé le versement d'un montant record de 67,9 milliards $ en transferts aux provinces pour 2015-2016.

Le Québec en sera le premier bénéficiaire: quelque 20,3 milliards $ — dont une somme record de 9,5 milliards $ uniquement en paiement de péréquation — seront envoyés dans ses coffres pour cette même période de temps.

«Il est clair que si l'économie du Canada s'affaiblit dans certaines régions en raison des recettes pétrolières, cela peut avoir des impacts sur les transferts fédéraux, mais pas pour l'année en cours ni l'année prochaine», a dit M. Couillard en mêlée de presse.

Si la chute des prix du pétrole a des conséquences inquiétantes pour le gouvernement fédéral et d'autres provinces, elle profite à l'économie du Québec, ont rappelé certains ministres du gouvernement Couillard au cours des dernières semaines.

En déposant sa mise à jour économique, en décembre dernier, le ministre des Finances, Carlos Leitao, avait entre autres rappelé que la baisse des cours du brut avait entraîné un recul des prix à la pompe, soit l'équivalent de près de 800 millions $ dans les poches des contribuables québécois.

PLUS:pc