NOUVELLES

Après un Golden Globe, le Canadien Dean DeBlois se dirige vers les Oscar

15/01/2015 02:25 EST | Actualisé 17/03/2015 05:12 EDT

TORONTO - Après avoir remporté un Golden Globe pour «How to Train Your Dragon 2» («Dragons 2») dimanche, le scénariste et réalisateur Dean DeBlois, qui a grandi dans la région de l'Outaouais, vient d'obtenir une nomination aux Oscar.

DeBlois s'est dit très heureux de cette nomination, mais il a admis qu'il avait pris du retard sur le scénario du troisième volet de sa trilogie des «Dragons». Il a ajouté à la blague qu'il avait besoin de se sentir mal dans sa peau et inadéquat pour pouvoir écrire.

Le scénariste et réalisateur en est à sa deuxième nomination, la première ayant été obtenue grâce au premier chapitre de sa trilogie, en 2011.

«Je dois vraiment avoir l'impression d'avoir quelque chose à prouver, et lorsque vous rompez le processus d'écriture en vous rendant à des remises de prix et que vous êtes reconnus ou célébrés pour le travail que vous avez fait, c'est une validation qui est contraire à ce dont j'ai parfois besoin pour écrire», a-t-il expliqué à La Presse Canadienne.

«C'est un processus vraiment bizarre.»

«How to Train Your Dragons 2» est en lice dans la catégorie du meilleur film d'animation contre «Big Hero 6» («Les nouveaux héros»), «The Boxtrolls» («Trolls en boîtes»), «Song of the Sea» et «The Tale of the Princess Kaguya».

Un film brille par son absence sur cette liste: «The Lego Movie» («Le film Lego»), un long métrage acclamé qui avait reçu une nomination aux Golden Globes et qui semblait assuré d'en obtenir une aux Oscar également.

«Pour être honnête, j'étais certain qu'il serait finaliste aux Oscar», a confié DeBlois, qui est âgé de 44 ans. «J'ai été très surpris, parce qu'il avait tellement la faveur des experts des remises de prix, une faveur méritée, et tout le monde semblait croire en ses chances.»

DeBlois a coscénarisé et coréalisé le premier volet de «How to Train Your Dragon» avec Chris Sanders. En plus d'être nommé dans la catégorie du meilleur long métrage d'animation, le film avait aussi eu une mention dans la catégorie de la meilleure trame sonore.

Avec la suite, DeBlois était seul au gouvernail et il affirme qu'il avait l'ambition de faire un film encore meilleur que son prédécesseur. La reconnaissance obtenue aux Golden Globes puis la nomination de jeudi «soulignent et valident les choix plus audacieux» que son équipe et lui ont fait, en optant notamment pour des intrigues plus sombres, estime-t-il.

«Il y a eu des moments où je me suis demandé si c'était trop pour notre public, et je crois que ce genre de reconnaissance nous appuie et nous fait sentir, en tant qu'équipe, que nous avons fait des choix audacieux, mais que nous avons fait les bons choix. Ça nous donne confiance pour l'avenir», a-t-il dit.

L'artiste originaire de Brockville, en Ontario, qui a grandi à Aylmer au Québec, admet qu'il s'est levé tôt pour regarder les nominations aux Oscar. Il était dans sa chambre en compagnie de son mari, qu'il a épousé en octobre, et leurs trois chiens lorsqu'il a appris la nouvelle.

«C'est un peu comme être debout la veille de Noël. Vous ne pouvez pas dormir, (vous êtes) éveillé et vous attendez que ça arrive et vous avez des rêves semi-lucides où vous vous demandez si ce sera un désastre», a-t-il illustré.

«C'est vraiment merveilleux. C'est excitant, c'est énervant et spécial, surtout dans le milieu de l'animation, où il faut quatre ans pour faire un film. Vous ne restez éveillé toute la nuit comme ça qu'une fois aux quatre ans.»

DeBlois ne veut pas penser à ses chances d'obtenir la statuette, soulignant avoir été très surpris par sa victoire aux Golden Globes.

«Je suis très fier de ce film et très fier de l'équipe et je crois que nous croisons certainement tous nos doigts. Mais on ne sait jamais, parce que chacun des films a ses propres qualités», a-t-il rappelé.

La soirée des Oscar aura lieu le 22 février.

PLUS:pc