NOUVELLES

Un commandant de la LRA est transféré à l'Ouganda et sera jugé devant la CPI

14/01/2015 05:06 EST | Actualisé 16/03/2015 05:12 EDT

KAMPALA, Ouganda - Les forces spéciales américaines à Obo, en République centrafricaine, ont remis à l'armée ougandaise un commandant de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) qui sera jugé pour crimes de guerre devant la Cour pénale internationale.

Le porte-parole de l'ambassade américaine, Daniel Travis, a confirmé le transfert de Dominic Ongwen, qui était détenu par les troupes américaines depuis le 6 janvier. Selon M. Travis, il s'agit d'une «importante étape» pour assurer la sécurité future des régions menacées par la LRA, en Afrique centrale et de l'est. Dirigée par Joseph Kony, la LRA, qui a pris naissance en Ouganda dans les années 1980, terrorise et brutalise les civils à travers une partie de l'Afrique centrale.

Le porte-parole de l'armée ougandaise, le lieutenant colonel Akunda, a rapporté que l'Ouganda allait transférer Ongwen aux autorités de la République centrafricaine pour qu'il soit transporté à La Haye, aux Pays-Bas, pour être jugé devant la Cour pénale internationale (CPI). Le mandat d'arrestation du tribunal international contre Ongwen fait état de sept chefs d'accusation individuels, dont crimes contre l'humanité, crimes de guerre, esclavage, meurtre et actes inhumains causant des atteintes graves à l'intégrité physique.

Les Nations unies, l'Union africaine, l'Ouganda et les États-Unis ont été consultés dans la décision de juger Ongwen devant la CPI. Bien que l'Ouganda souhaitait juger à domicile Dominic Ongwen, les États-Unis s'inquiétaient de traitement qu'il recevrait et si des exigences élevées de détention et de poursuite seraient appliquées, ont indiqué des sources anonymes.

Ongwen, Joseph Kony et trois autres qui seraient prétendument morts sont accusés par la CPI.

Selon le Pentagone, Ongwen a été remis aux autorités américaines par des gens disant être membres du groupe armé centrafricain Seleka.

PLUS:pc