NOUVELLES

Plus de peur que de mal à bord de la Station spatiale internationale

14/01/2015 09:05 EST | Actualisé 16/03/2015 05:12 EDT

MOSCOU - Les astronautes à bord de la Station spatiale internationale ont fui le segment américain mercredi, après avoir entendu un signal d'alarme indiquant une possible fuite toxique, que la NASA a par la suite identifié comme un problème informatique.

Sur son compte Twitter, la NASA a indiqué qu'il n'y avait aucun signe de fuite à bord.

Mais entre-temps, les six membres astronautes ont rapidement tout verrouillé avant de se réfugier dans un module russe de la station en orbite, le temps que le centre de contrôle analyse l'information.

L'incident s'est produit à 4 h du matin, heure de l'Est, alors que la journée de travail de l'équipage était bien entamée.

Lorsque l'alarme s'est déclenchée, les astronautes ont suivi les procédures d'urgence, sortant du segment munis d'un masque à oxygène. Ils ont ensuite scellé toutes les trappes d'accès entre les segments russe et américain. Au même moment, les contrôleurs de vol au centre spatial Johnson à Houston éteignaient l'équipement non essentiel.

Quelques minutes plus tard, le contrôle de la mission donnait la permission aux employés de retourner de leur côté, mais d'autres signes d'une possible fuite ont été repérés. Une deuxième évacuation des astronautes a été nécessaire.

De l'ammoniaque, un liquide très toxique, est utilisé à l'extérieur de la SSI pour refroidir les systèmes électroniques. Les contrôleurs craignaient qu'il s'en soit introduit dans le système de refroidissement de l'eau à l'intérieur. On croit maintenant plutôt à une carte informatique défectueuse.

Deux Américains, trois Russes et une Européenne se trouvent actuellement à bord de la Station spatiale internationale. Ces astronautes ont été confinés à la portion russe de la station, trois compartiments relativement étroits, pendant que les responsables procédaient à différentes vérifications avant de leur donner le feu vert.

Le commandant Butch Wilmore et son équipe s'affairaient autour du matériel récemment reçu de la capsule SpaceX, lorsque l'alarme a retenti. Aucune recherche en cours ne semble avoir été mise en jeu.

Il est arrivé par le passé que des dangers potentiels ont forcé l'équipage à entamer des procédures d'urgence, notamment à se réfugier dans les deux capsules Soyouz amarrées à la station qui servent de «canots de sauvetage», en cas de nécessité d'évacuation urgente. Cette fois, ces procédures n'ont pas été nécessaires.

PLUS:pc