NOUVELLES

Le pape visite le nord du Sri Lanka, une région dévastée par la guerre

14/01/2015 07:53 EST | Actualisé 16/03/2015 05:12 EDT

MADHU, Sri Lanka - Le pape François a visité mercredi les jungles du nord du Sri Lanka, afin de témoigner de sa solidarité envers les habitants d'une région qui a été dévastée par près de 25 ans de guerre civile.

Il a lancé un appel au pardon et à la réconciliation pour «tout le mal que cette terre a subi».

Quelque 300 000 personnes agitant le drapeau jaune et blanc du Vatican ont accueilli le pape au sanctuaire de Notre-Dame de Madhu, qui est vénéré par les catholiques sinhalais et tamouls, ainsi que par les Sri-Lankais d'autres religions.

C'est la première fois qu'un pape se rend dans la région tamoule du nord du Sri Lanka. La visite de François à un site aussi important pour les deux principaux groupes ethniques du pays symbolise les appels qu'il lance au Sri-Lankais de surmonter leurs préjudices et de rechercher le pardon afin d'atteindre la paix.

«Seulement quand nous en venons à comprendre (...) tout le mal dont nous sommes capables et dont nous avons fait partie pouvons-nous ressentir un remords et un repentir véritables, a dit le pape. C'est seulement à ce moment que nous recevons la grâce (...) d'offrir et de rechercher un véritable pardon.»

Des rebelles tamouls ont lutté pendant 25 ans pour la création d'une patrie indépendante. L'ONU estime que le conflit, qui a pris fin en 2009, a fait entre 80 000 et 100 000 morts, mais d'autres bilans sont nettement plus élevés.

Pendant le conflit, le sanctuaire de Madhu, qui a été érigé au 16e siècle par des catholiques qui fuyaient la persécution, a de nouveau accueilli des milliers de réfugiés. À un moment, le prêtre qui en est responsable a fui avec la précieuse statue de la Sainte Vierge, qui a été amenée par les premiers chrétiens au Sri Lanka et à qui on accorde des pouvoirs de guérison miraculeux. Tous deux sont éventuellement revenus.

Le pape a pris la statue dans ses bras mercredi. Il a déclaré aux fidèles que même si la statue est partie un jour, la Vierge n'a jamais cessé de les protéger.

«Tout comme sa statue est revenue à son sanctuaire de Madhu après la guerre, nous prions pour que tous ses enfants sri-Lankais puissent revenir vers Dieu dans un esprit renouvellé de réconciliation et d'amitié», a dit François, qui voue une dévotion particulière à la Vierge.

La visite du pape à Madhu était son deuxième appel à la réconciliation de la journée. En matinée, dans un parc de Colombo, il avait célébré devant 500 000 personnes une messe en plein air pendant laquelle il a canonisé le premier saint sri-lankais, en le présentant comme un modèle d'unité nationale.

Des cloches ont retenti et la foule a applaudi quand le pape a canonisé le père Joseph Vaz au début de la cérémonie. Le père Vaz est un missionnaire indien du 17e siècle qui a relancé le catholicisme au Sri Lanka, à une époque de persécution intense par les colons néerlandais, qui étaient des protestants calvinistes. Les catholiques représentent un peu plus de 6 pour cent des 21 millions d'habitants du Sri Lanka.

Le pape a apporté un changement de dernière minute à son itinéraire, en fin de journée mercredi, pour visiter un important temple bouddhiste de la capitale, Colombo, devenant seulement le deuxième pontife à effectuer une telle visite. Des reliques ont été présentées au public en l'honneur du pape, un événement qui ne survient habituellement qu'une fois par année.

Le moine en chef, Banagala Upatissa, a déclaré que la présentation des reliques est «le plus grand honneur et le plus grand respect» qu'il pouvait offrir au pape.

Le pape se rendra aux Philippines jeudi, où il complétera son pélerinage asiatique.

PLUS:pc