NOUVELLES

La nouvelle édition de Charlie Hebdo se vend comme des petits pains chauds

14/01/2015 04:59 EST | Actualisé 15/03/2015 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - La nouvelle édition de Charlie Hebdo s'est vendue comme des petits pains chauds, mercredi, au point où des bousculades ont éclaté quand des lecteurs se sont arrachés les quelques copies restantes.

La couverture de l'hebdomadaire satirique présente une nouvelle caricature du prophète Mahomet. L'homme barbu tient une pancarte sur laquelle est inscrit «Je suis Charlie» et, au-dessus de lui, on lit «Tout est pardonné».

Un attentat terroriste perpétré dans les locaux de la publication mercredi dernier a fait 12 morts. Le numéro publié une semaine plus tard a été produit par les employés qui ont survécu, dans des locaux prêtés par le quotidien Libération. Le numéro a été tiré à trois millions d'exemplaires, soit 50 fois la circulation habituelle du Charlie Hebdo.

Un autre tirage de deux millions d'exemplaires est envisagé pour répondre à la demande.

L'attaque de mercredi dernier a donné le coup d'envoi à trois jours de terreur et de violence dans la région de Paris, qui ont pris fin quand les trois terroristes ont été abattus par les forces de l'ordre.

Le gouvernement français a annoncé mercredi l'arrestation de 54 personnes, dont quatre mineurs, qui aurait défendu le terrorisme au cours des derniers jours. Quelques instants plus tard, le gouvernement a ordonné aux procureurs de tout le pays de s'attaquer aux discours haineux, à l'anti-sémitisme et à ceux qui font l'apologie du terrorisme.

Aucune des 54 personnes arrêtées n'a toutefois été associée aux attentats terroristes.

Dans un message transmis aux procureurs et aux juges, le ministère de la Justice explique que la religion ne doit pas servir d'excuse aux discours haineux. Il demande aux autorités de porter une attention particulière aux incidents qui pourraient dégénérer en affrontements avec la police.

L'auteur de la caricature en première page de Charlie Hebdo, Rénald Luzier, a dit qu'aucune exception ne doit être tolérée en matière de liberté d'expression. Lorsque l'hebdomadaire a été menacé dans le passé, a-t-il déploré, la réaction était souvent: «Oui, mais vous ne devriez pas faire ça (publier des caricatures de Mahomet). Oui, mais vous l'avez bien mérité.»

«Il ne devrait plus y avoir de 'Oui, mais'», a-t-il dit.

Par ailleurs, le principal dirigeant de la filiale d'Al-Qaïda au Yémen a renvendiqué la responsibilité de l'attentat commis contre Charlie Hebdo.

L'agence Associated Press rapporte que cette revendication est contenue dans un message vidéo de 11 minutes qui a été publié sur le Web, mercredi. Le dirigeant terroriste y affirme qu'Al-Qaïda dans la péninsule arabique avait choisi la cible, préparé l'attaque et fourni son financement.

Washington considère Al-Qaïda dans la péninsule arabique comme une des organisations terroristes les plus dangereuses de la planète.

Nasr al-Ansi précise dans sa déclaration que le massacre du Charlie Hebdo était une vengeance au nom du prophète Mahomet qui a fait l'objet dans le passé de caricatures dans le journal satirique, ce qui est considéré comme une insulte à l'Islam.

L'attaque aurait été commandée par le leader d'Al-Qaïda, Ayman al-Zwahari, qui a succédé à Oussama ben Laden.

Nasr al-Ansi ajoute dans son message que la France est satanique et a averti que d'autres actes de terreur y surviendront. Il ne revendique toutefois pas l'attaque contre une épicerie casher pendant laquelle quatre otages ont été tués.

Les services américains de renseignement croient que l'un des deux frères Kouachi, Saïd, a reçu un entraînement poussé au Yémen, possiblement en préparation pour les attentats contre Charlie Hebdo.

PLUS:pc