NOUVELLES

Les conservateurs misent sur la circonscription montréalaise de Mont-Royal

13/01/2015 06:13 EST | Actualisé 15/03/2015 05:12 EDT

MONTRÉAL - La meilleure chance des conservateurs de réaliser une rare percée électorale à Montréal semble poindre dans un bastion libéral de longue date ayant été représenté pendant 20 ans par un certain Pierre Elliott Trudeau.

La circonscription de Mont-Royal comprend les villes de Hampstead et Côte-Saint-Luc, deux localités comptant la densité de Juifs la plus élevée au pays, un groupe que les conservateurs tentent vigoureusement de courtiser depuis leur prise de pouvoir en 2006. Avec les élections fédérales attendues en octobre prochain, au moins quatre ministres conservateurs ont mis les pieds dans la circonscription depuis août, et le premier ministre Stephen Harper y a allumé une bougie lors d'une cérémonie de la Hannoucah, en décembre.

Un autre enjeu majeur dans Mont-Royal vient du fait qu'elle abrite certaines des plus importantes populations de Québécois anglophones, qui se plaignent depuis longtemps de voir leurs droits linguistiques être ignorés.

La circonscription, qui n'a pas élu un conservateur depuis 1935, est le seul endroit à Montréal où le parti de Stephen Harper a fait mieux qu'une troisième place en 2011. Le populaire député libéral Irwin Cotler, qui représente Mont-Royal depuis 1999, ne briguera pas un nouveau mandat. L'homme appelé à tenter de conserver la forteresse libérale chancelante est Anthony Housefather, qui a été maire de Côte-Saint-Luc ces neuf dernières années.

Les conservateurs n'ont pas encore choisi leur candidat. Deux anglophones bien connus ont déclaré publiquement leur intention de briguer l'investiture. Robert Libman est le fondateur et ancien chef du Parti égalité au provincial à la fin des années 1980 et a été maire de Côte-Saint-Luc pendant huit ans avant M. Housefather. Beryl Wajsman est le rédacteur en chef de l'hebdomadaire The Suburban, au style militant et pro-Israël.

La Presse a par ailleurs rapporté mardi que la journaliste-présentatrice Pascale Déry serait sur le point d'annoncer sa candidature. Mme Déry aurait démissionné de son poste à TVA la semaine dernière.

M. Cotler avait remporté l'élection en 2011 par moins de 2300 voix contre le candidat conservateur Saulie Zajdel, qui a depuis été arrêté sous des accusations de fraude reliées à son travail comme conseiller municipal.

M. Housefather a dit ne pas croire que la position publique pro-Israël des conservateurs ait offert à la formation un quelconque avantage depuis ce temps.

«En 2011, la communauté juive était tout à fait consciente que le (ministre des Affaires étrangères) John Baird, M. Harper et (le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme) Jason Kenney étaient à 100 pour cent derrière Israël et que M. Kenney s'était présenté à chaque événement juif partout au pays», a argué le candidat libéral.

«Il n'y a rien qui n'existait pas déjà en 2011», a-t-il poursuivi.

Le chef libéral Justin Trudeau, dont le père a représenté la circonscription entre 1965 et 1984, pourrait très bien voir sa politique étrangère mise à mal. Les conservateurs espèrent profiter de la perception de certains électeurs que l'appui des libéraux à l'égard d'Israël est trop tiède et que le parti n'est également pas assez ferme dans la lutte au terrorisme.

La popularité de Justin Trudeau fera davantage sortir les électeurs libéraux, a fait valoir pour sa part M. Housefather, ajoutant que l'appui au Nouveau Parti démocratique (NPD), qui avait plus que doublé dans la circonscription en 2011, transiterait probablement en bonne partie du côté des libéraux.

PLUS:pc