NOUVELLES

Égypte: Hosni Moubarak pourrait être remis en liberté

13/01/2015 04:24 EST | Actualisé 14/03/2015 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - L'ancien président égyptien Hosni Moubarak pourrait être remis en liberté, maintenant que la plus haute cour d'appel d'Égypte ordonne la tenue d'un nouveau procès pour lui et ses deux fils dans une affaire de corruption.

Ces accusations de corruption sont les seules qui maintenaient encore M. Moubarak derrière les barreaux.

L'ancien président a déjà été blanchi des accusations portées contre lui en lien avec la mort de manifestants lors des démonstrations qui ont mené à sa chute en 2011.

La décision de mardi renverse un verdict précédent qui avait valu à l'ex-président une peine de trois ans d'emprisonnement, et à ses fils Alaa et Gamal quatre ans de détention. Leurs avocats avaient alors porté la cause en appel, pendant que quatre autres accusés dans cette affaire étaient acquittés.

Cette décision annoncée mardi après de brèves audiences a été diffusée en direct par des réseaux de télévision de l'Égypte. Même si elle ouvre la voie à une libération immédiate de M. Moubarak, on ne sait pas s'il quittera sous peu l'hôpital du Caire où il se trouve actuellement.

Un membre du bureau du procureur en chef a déclaré à l'Associated Press, sous le couvert de l'anonymat, que les papiers nécessaires à la libération de l'ancien président sont en voie de préparation.

En revanche, un responsable des services de sécurité a indiqué à l'agence MENA que M. Moubarak demeurera en détention, puisque le tribunal n'a pas ordonné sa libération.

«La décision de (la cour d'appel) n'incluait pas la libération et c'est entre les mains du procureur général ou du nouveau tribunal qui gère le dossier», aurait déclaré ce responsable à MENA.

La confusion découle apparemment d'un différend concernant le calcul du temps que l'ancien président a déjà passé derrière les barreaux.

L'avocat de M. Moubarak, Farid el-Deeb, a déclaré à plusieurs quotidiens égyptiens que M. Moubarak ne quittera pas l'hôpital parce qu'il est «malade» et qu'il a besoin de soins.

Les trois Moubarak sont soupçonnés d'avoir détourné des millions de dollars en fonds publics pendant les dernières années du régime. De l'argent destiné à l'entretien des palais présidentiels aurait plutôt servi à rénover leurs résidences personnelles.

Les Moubarak avaient écopé d'amendes de 2,9 millions $ US en lien avec cette affaire. Ils avaient aussi remboursé près de 17 millions $ US à l'État.

Depuis son arrestation en 2011, l'ex-président maintenant âgé de 86 ans a passé pratiquement tout son temps dans des hôpitaux en raison de son piètre état de santé. Il a dirigé l'Égypte de 1981 à 2011.

PLUS:pc