DIVERTISSEMENT

Exclusivité vidéoclip: «Alors voilà» de Joseph Edgar (ENTREVUE/VIDÉOS)

12/01/2015 11:23 EST | Actualisé 13/01/2015 04:11 EST

Si on vous dit Espionne russe, est-ce que ça vous sonne une cloche? Cette chanson de l'auteur-compositeur-interprète Joseph Edgar a connu un véritable succès en 2014. Maintenant, on vous présente en exclusivité son nouveau vidéoclip pour la pièce folk Alors voilà! Pour en savoir plus sur cette sortie, Le Huffington Post Québec a discuté avec le sympathique artiste acadien.

Pour Joseph Edgar, qui a déjà cinq albums solo derrière la cravate - dont La lune comprendra (2004), Oh ma ma (2006), Y'a un train qui s'en vient (2009), Le Joseph Edgar EP (2011), Interstices (2012) et GAZEBO (2014) -, le succès de la pièce Espionne russe était presque inespéré.

«On a toujours espoir qu'une chanson remporte un gros succès. Mais avec ma décision de rester à Moncton, surtout de faire partie d'un nouveau mouvement d'artistes là-bas, j'étais conscient des limites. Quand j'ai décidé de déménager à Montréal à l'automne 2011, je me suis lancé dans la grande soupe. Et ça a porté ses fruits! Espionne russe a été demandée dans les radios commerciales, le vidéoclip a attiré l'attention... C'est fou!»

Qu'est-ce qui explique un tel succès? La musique entraînante? La plume poétique et rentre-dedans? Oui. Mais aussi, le coup de crayon précis d'Edgar qui en a surpris plus d'un. Dans le vidéoclip d'Espionne russe, on peut voir l'artiste dessiner une image de toute beauté en «direct»au son de la chanson.

Talent ignoré par l'intéressé? Pas vraiment. «En fait, j'ai toujours voulu être dessinateur. J'ai étudié en arts visuels: je voulais aller travailler à Paris, à New York... Finalement, mon band du moment a remporté un certain succès, et la musique a pris le dessus dans ma vie.» Pourquoi revenir à ses premières amours dans le cadre de ce vidéoclip? «Comme tout le monde, on a tenté d'avoir une subvention... et elle a été refusée. Juste pour le fun, je me suis installé avec mon iPhone. J'ai fait jouer la toune, j'ai dessiné... Et ça a donné le clip!»

Alors voilà

Pourquoi changer une formule gagnante? C'est exactement ce que s'est dit Joseph Edgar en commençant à réfléchir à son prochain vidéoclip pour la chanson un peu plus sombre Alors voilà. «J'ai bien aimé mon expérience avec le vidéoclip d'Espionne russe. J'avais envie d'aller plus loin, d'aller ailleurs. Je me suis lancé un défi à moi-même. Je suis un grand fan de dessins animés: je suis donc allé dans cette direction. Mon cousin, qui travaille dans le domaine, m'a donné quelques conseils. Ça a convaincu le label de me donner la chance de le faire! (Rires) J'avoue que j'ai réalisé que le travail d'animateur est tout simplement fou! Il y a environ 300 dessins dans Alors voilà

D'ailleurs, de quoi parle-t-elle cette fameuse pièce? «Cette chanson, c'est un sentiment de résignation. Ou plutôt d'acceptation. C'est en réaction au mouvement d'espoir de renouveau, au printemps érable. Quand j'ai réalisé que ce nouveau souffle perdait son élan, j'ai été très déçu. Après le soleil, la slush. Alors voilà m'a permis de parler de ce feeling. D'aller de l'avant.»

2015: En avant la musique (et le dessin)!

Fort de ces expériences de dessinateur, Edgar a-t-il l'intention de s'approprier le dessin en vidéoclip comme signature? «Qui sait? (Rires) Oui, j'aimerais bien continuer dans cette direction. Je ne savais pas que je pouvais en faire autant avec un iPad! Dernièrement, je revisite des dessins animés qui m'ont inspirés, je lis beaucoup d'articles sur les techniques de dessin... Ça me fait tripper au boutte

L'auteur-compositeur-interprète ne délaisse pourtant pas la musique pour autant. «On continue à rider le prochain album. Je vais en studio 2-3 fois par semaine. Je garroche des idées, un peu comme de l'écriture automatique. Et je me rends compte que je ne travaille pas de la même manière que pour GAZEBO par exemple. Avant, je débutais avec les paroles. Ces temps-ci, j'ai beaucoup plus tendance à créer la musique d'abord.»

A-t-il une date en tête pour la sortie de ce sixième opus? «Au bout de quelques mois, je crois bien que j'aurais assez de matériel. Peut-être en 2015, sûrement en 2016. Je prends mon temps: je veux pousser plus loin musicalement. Je ne suis pas du genre à m'installer sur un statu quo.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 meilleurs albums indie