NOUVELLES

Somalie: quatre morts dans un attentat-suicide contre des forces spéciales

04/01/2015 12:39 EST | Actualisé 06/03/2015 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - Un attentat-suicide a été perpétré près d'un convoi de forces somaliennes entraînées par les États-Unis à Mogadiscio, tuant au moins quatre personnes.

Le groupe militant somalien al-Shabab a revendiqué la responsabilité de l'attaque, selon la radio du groupe, Andulus.

L'attaque, survenue sur la route de l'aéroport, a surtout tué des piétons, a indiqué le capitaine de la police somalienne, Mohamed Hussein.

Selon un porte-parole du ministère de la sécurité nationale, le gouvernement détenait de l'information sur cette attaque, et la voiture dans laquelle le kamikaze prenait place a explosé alors que l'attaquant était poursuivi.

Les soldats du groupe Alpha font partie des forces du renseignement somaliennes et mènent souvent des opérations contre les militants extrémistes du pays.

Al-Shabab est un groupe islamiste ultraconservateur lié au réseau terroriste al-Qaïda. Il souhaite gouverner la Somalie en y imposant une interprétation stricte de la Charia. Malgré que le groupe eut subi de lourdes pertes au cours des dernières années, il demeure une menace pour le pays. Le chef d'al-Shabab, Ahmed Godane, a été tué par une frappe aérienne menée par les États-Unis en septembre.

Les soldats de l'Union africaine, qui appuient la faible armée somalienne, ont poussé al-Shabab hors d'importants bastions, dont la capitale, Mogadiscio, en 2011. Mais les combattants islamistes continuent de perpétrer des attaques terroristes sur la capitale et dans les pays voisins qui viennent en aide à la mission de l'Union africaine en Somalie.

Le jour de Noël, al-Shabab a attaqué les quartiers généraux de l'Union africaine à Mogadiscio, qui abritent aussi des bureaux de l'ONU et des ambassades.

L'attaque de dimanche survient quelques jours après qu'une frappe aérienne des États-Unis a tué le chef du renseignement du groupe, Abdishakur Tahlil.

Depuis le renversement, en 1991, du dictateur Siad Barre, la Somalie est en conflit et lutte pour se reconstruire.

PLUS:pc