NOUVELLES

AirAsia: un autre corps repêché et les recherches sont difficiles (PHOTOS)

04/01/2015 04:56 EST | Actualisé 06/03/2015 05:12 EST
ADEK BERRY via Getty Images
Members of an Indonesian search and rescue team carry items for investigation, found during the search operation for the missing AirAsia flight 8501, after being delivered by a Singapore Super Puma helicopter from the Republic of Singapore Air Force (RSAF) RSS Persistence in Pangkalan Bun on January 4, 2015. Weather was the 'triggering factor' in the crash of AirAsia Flight 8501 with icing likely causing engine damage, Indonesian officials said, as rough seas on January 4 hampered the search for bodies and the sunken wreckage. AFP PHOTO / ADEK BERRY (Photo credit should read ADEK BERRY/AFP/Getty Images)

SURABAYA, Indonésie - Trois autres corps ont été repêchés dimanche dans la mer de Java, où un Airbus d'AirAsia s'est abîmé il y a une semaine, mais les conditions météorologiques ont empêché les plongeurs d'atteindre ce qui pourrait être le fuselage de l'avion.

La ville de Surabaya en Indonésie est accablée par le deuil, alors que les cercueils arrivent un à un après que les corps eurent été repêchés des eaux. Au total, 34 corps ont maintenant été retrouvés, sur les 162 passagers et membres d'équipage qui ont probablement péri dans la tragédie.

Une vingtaine d'avions et d'hélicoptères de même que 27 navires provenant de l'Indonésie, du Japon, de la Malaisie, de Singapour et des États-Unis sont déployés dans le secteur afin de retrouver les victimes et des débris, notamment les boites noires de l'Airbus. Les recherches ont grandement progressé ce week-end grâce à des appareils équipés de sonars, qui ont permis de localiser cinq pièces de grande taille au fond de la mer. Cependant, rien n'a encore permis de confirmer qu'elles provenaient de l'avion. La plus grosse de ces pièces, qui mesure 18 mètres de longueur par 5,4 mètres de largeur, pourrait bien être le fuselage, croient les autorités, qui s'attendent aussi à y trouver d'autres corps.

Les plongeurs ont tenté d'atteindre les pièces dimanche, mais la mer agitée rendait nulle la visibilité sous l'eau.

La cause de l'écrasement demeure inconnue, mais la météo pourrait avoir joué un rôle. Quarante-deux minutes après le décollage de Surabaya, les pilotes du vol à destination de Singapour ont contacté le contrôle aérien pour demander la permission de prendre de l'altitude pour éviter des nuages orageux, mais ne l'ont pas obtenue en raison de la circulation aérienne. Quelques minutes plus tard, l'avion disparaissait des radars.

L'accident et l'intense couverture médiatique dont les recherches font l'objet ont attisé la peur de voler de certains en Indonésie, où quelques autres incidents aériens ont ponctué l'actualité de l'année dernière. Tard samedi, une panne du système électrique auxiliaire d'un avion partant de Surabaya pour Badung, une autre ville d'Indonésie, a semé la panique. Alors que l'avion était toujours sur le tarmac, les lumières se sont éteintes dans la cabine, forçant le pilote à retourner à la porte d'embarquement. Sur les 161 passagers à bord, 60 ont refusé de prendre le vol et ont été remboursés en totalité, ont indiqué les responsables de la compagnie AirAsia.

«Il n'y avait aucun problème avec les moteurs, mais certains des passagers ont eu peur, a expliqué le président du groupe AirAsia, Kamarudin Meranun. C'est compréhensible, l'écrasement est encore présent dans leur esprit.»