NOUVELLES

Écrasement du vol d'AirAsia : la compagnie ne pouvait effectuer ce vol le dimanche

02/01/2015 10:06 EST | Actualisé 03/01/2015 03:24 EST
ASSOCIATED PRESS
Crew members of Indonesian Air Force NAS 332 Super Puma helicopter look out of the windows during a search operation for the victims of AirAsia Flight 8501 over Kumai Bay, Indonesia, Friday, Jan. 2, 2015. More ships arrived Friday with sensitive equipment to hunt for the fuselage of AirAsia Flight 8501 and the more than 145 people still missing since it crashed into the sea five days ago. (AP Photo/Bagus Indahono, Pool)

Les autorités indonésiennes ont annoncé que le transporteur Indonesia AirAsia n'a pas respecté les termes de sa licence pour la liaison Surabaya-Singapour en volant un dimanche, jour où l'accident s'est produit. En effet, la compagnie aérienne n'était autorisée à effectuer des vols dans ce couloir aérien que quatre jours en semaine, mais pas le dimanche.

Le ministère indonésien des Transports a annoncé samedi qu'il allait enquêter à partir de lundi sur toutes les liaisons assurées par la compagnie Indonesia AirAsia. Vendredi, le ministère a suspendu les vols de cette compagnie entre Surabaya et Singapour. « Il est possible que la licence d'AirAsia en Indonésie soit révoquée », a déclaré Djoko Muratmodjo, directeur général du transport aérien au ministère.

Sunu Widyatmoko, directeur général d'Indonesia AirAsia, détenue à 49 % par la compagnie malaisienne AirAsia, a déclaré que sa société coopérerait avec le gouvernement pour faire avancer l'enquête.

Quatre objets de grande dimension repérés

Quatre objets de grande dimension ont été repérés au fond de la mer de Java où un Airbus A320-200 d'AirAsia s'est abîmé dimanche dernier avec 162 personnes à son bord, a annoncé samedi le chef de l'agence indonésienne de recherches et de secours.

Une escouade multinationale constituée de navires, d'avions et d'hélicoptères passe au peigne fin le nord de la mer de Java et le littoral du sud de Bornéo à la recherche des corps des victimes et de l'épave du vol QZ8501 et de ses boîtes noires.

L'Airbus A320-200 effectuait la liaison entre Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, et Singapour.

« Nous avons trouvé quatre grands morceaux de l'avion que nous recherchons », a déclaré le chef de l'agence indonésienne de recherches et de secours, Fransiskus Bambang Soelistyo, lors d'une conférence de presse à Djakarta.

Un des quatre objets repérés l'a été par un navire au cours de la nuit, a précisé Fransiskus Bambang Soelistyo. Les trois autres, dont le plus grand mesure 18 mètres de long, ont été localisés samedi.

Un autre responsable, Supriyadi, chargé de coordonner les opérations à partir du port de Pangkalan Bun à Bornéo, a expliqué que la mauvaise visibilité compliquait l'activité des submersibles télécommandés (ROV), chargés de prendre des photos des objets.

« La visibilité n'est que de deux mètres », a-t-il dit. « C'est nuageux, ce qui rend difficile la détection par les caméras. »

Des plongeurs de la marine indonésienne, épaulés notamment par une équipe russe spécialisée qui vient d'arriver à Pangkalan Bun, pourrait descendre inspecter les fonds sous-marins dimanche, si le temps le permet.

Aucun survivant n'a été retrouvé. Le crash s'est produit environ 40 minutes après le décollage de l'Airbus, dans un secteur connu pour ses orages en période de mousson.

Glace sur les moteurs

Selon un rapport des services météorologiques indonésiens, il est vraisemblable que l'avion ait affronté un épisode de gros temps et que cela ait entraîné la formation de glace sur ses moteurs.

« Sur la base des données disponibles de la dernière localisation de l'appareil reçue, le temps a été un facteur ayant causé l'accident », ont déclaré les services météo.

Depuis le début des recherches, auxquelles participent des experts du Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA), trente corps ont été repêchés dans le secteur du nord de la mer de Java où l'avion s'est abîmé, dont 21 pour la seule journée de vendredi, ainsi que des débris arrachés à l'appareil, parmi lesquels un toboggan d'évacuation.

Deux des corps retrouvés étaient encore attachés par leur ceinture de sécurité à leur siège.

Aucun signal des deux enregistreurs de vol, les « boîtes noires », n'a été détecté pour l'instant.

À bord de l'Airbus se trouvaient 155 Indonésiens, trois Coréens du Sud, un Malaisien, un Singapourien, un Britannique et un Français, le copilote.

INOLTRE SU HUFFPOST

AirAsia: des corps et des débris retrouvés