NOUVELLES

Crise économique en Russie: Poutine retire les congés du Nouvel An des ministres

25/12/2014 09:51 EST | Actualisé 24/02/2015 05:12 EST

MOSCOU - Crise économique oblige, le président russe Vladimir Poutine retire les vacances du Nouvel An des ministres.

Les employés des compagnies russes ont droit à des vacances du 1er au 12 janvier, pour célébrer la principale fête en Russie, celle du jour de l'An, ainsi que le Noël orthodoxe, le 7 janvier.

Lors d'une session gouvernementale télévisée, jeudi, M. Poutine a dit aux ministres de son Cabinet qu'ils ne devraient pas prendre ce long congé que le gouvernement et les ministères «ne peuvent se permettre, du moins cette année».

Le premier ministre, Dmitri Medvedev, a dit aux ministres qu'il s'attendait à ce qu'ils contrôlent la situation, même durant le congé des fêtes, «dès les premiers jours de l'année».

L'économie de la Russie, abattue par le bas prix du pétrole et les sanctions occidentales, devrait entrer en récession l'an prochain pour la première fois en six ans. Le rouble, l'unité monétaire russe, a perdu plus de la moitié de sa valeur.

Le rouble a eu une légère reprise la semaine dernière: un dollar américain valait 52 roubles jeudi, un gain de deux pour cent. Plus tôt ce mois-ci, sa valeur avait baissé à 80 roubles pour un dollar américain.

Jeudi, la Banque centrale de Russie a annoncé que la réserve monétaire du pays avait atteint moins de 400 milliards $ pour la première fois depuis août 2009. Le gouvernement a vendu sa propre devise sur le marché pour soutenir le rouble.

Stabiliser le rouble, l'une des monnaies les plus faibles du monde cette année depuis la chute du prix du pétrole, est une priorité pour les autorités financières russes. La Banque centrale a augmenté son taux d'intérêt directeur à 17 pour cent et a annoncé qu'elle offrirait des prêts en dollars et en euros aux banques afin qu'elles puissent aider les grands exportateurs à financer leurs opérations.

De nombreuses compagnies russes ont été radiées des marchés financiers occidentaux en raison de sanctions économiques imposées à la Russie par des pays occidentaux pour son implication dans le conflit en Ukraine.

PLUS:pc