NOUVELLES
22/12/2014 09:32 EST | Actualisé 21/02/2015 05:12 EST

Menaces de terrorisme: arrestation à Montréal, comparution en cour lundi

MONTRÉAL - Un homme récemment radicalisé devra répondre à une accusation d'incitation à craindre des activités terroristes après avoir été arrêté par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) au cours de la fin de semaine.

Jeffrey Labelle, un individu âgé de 21 ans, a brièvement comparu lundi. Il a été accusé en vertu d'un article du Code criminel qui autorise l'arrestation de quiconque «commet un acte qui, compte tenu du contexte, est susceptible de faire raisonnablement craindre que des activités terroristes sont ou seront menées, sans être convaincu qu’il en est ainsi».

Le juge a suspendu l'audience sur la mise en liberté afin de permettre au père du détenu de venir témoigner. Celui-ci devrait demander la libération de son fils sous sa supervision.

Ce sont ses proches qui ont averti les autorités. Les agents du SPVM se sont rendus au domicile de Labelle, dans le quartier Saint-Michel, où ils ont procédé à son «arrestation préventive», a expliqué le porte-parole du corps policier, Ian Lafrenière.

«C'est une personne qui s'est radicalisée au cours des dernières semaines, a-t-il dit, au cours d'un entretien téléphonique. Même ses habitudes vestimentaires changeaient.»

Au cours d'une perquisition réalisée vendredi, des agents du SPVM ont découvert une carte de l'île de Montréal sur laquelle se trouvaient notamment les coordonnées de quatre postes de police. «Ce n'est vraiment pas ce qui nous a menés à l'arrestation, a dit M. Lafrenière. Il n'y avait pas de menaces directes à l'endroit des policiers.»

L'avocate de Labelle, Julie Bernier, a indiqué qu'elle demandera à la cour une évaluation psychiatrique pour son client.

La Sûreté du Québec (SQ) ainsi que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont également participé à l'enquête du SPVM.

Cette arrestation survient alors que différentes attaques ayant visé des policiers sont survenues aux États-Unis au cours de la fin de semaine, ce qui a coûté la vie à trois agents.

À New York, deux policiers avaient été abattus à bout portant dans leur véhicule de patrouille, puis en Floride, un policier a été tué par balle.

M. Lafrenière n'a toutefois pas fait de liens entre tous ces événements.

PLUS:pc