NOUVELLES
21/12/2014 07:51 EST | Actualisé 22/12/2014 06:37 EST

Procès Magnotta: des délibérations à Noël?

PC

Les jurés au procès de Luka Rocco Magnotta ont conclu dimanche une sixième journée de délibérations à huis clos sans parvenir à un verdict sur les cinq chefs d'accusation auxquels l'homme de 32 ans fait face.

Un texte de Isabelle Richer

À quelques jours de Noel, les observateurs se demandent si les délibérations de jurys se sont déjà étirées jusqu'au 25 décembre. Personne ne se souvient d'avoir passé les fêtes au palais de justice, mais il est arrivé, en effet, que des jurys soient partis délibérer tard en décembre.

L'exemple le plus lointain nous ramène à 1989, lors du premier procès pour meurtre du réalisateur Gilles Perron. Ce procès devant jury s'était amorcé le 20 novembre.

L'accusé, qui était en liberté, avait choisi de ne pas témoigner pour sa défense.

Le jury avait entamé ses délibérations en après-midi, le mardi 19 décembre. À l'époque, les jurys avaient l'habitude de délibérer en soirée.

Le vendredi 22 décembre, au quatrième jour des délibérations, l'accusé, qui passait ses journées dans les couloirs du palais de justice à blaguer et à discuter avec les journalistes, semblait détendu. Puis à 21 h 10, le jury a fait parvenir une enveloppe au juge pour dire qu'il était prêt à rendre son verdict.

L'accusé a reçu le verdict de culpabilité à une accusation de meurtre prémédité, assommé, sans voix.

À 21 h 30, il prenait le chemin des cellules après avoir été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Quelques années plus tard, après que la cour d'appel ait ordonné un nouveau procès, Gilles Perron a été acquitté, après avoir témoigné pour sa défense.

Plus récemment, en décembre 2012, le spécialiste des effets spéciaux Rémy Couture a été acquitté, lui, au terme d'un procès de moins de deux semaines. Il était accusé de corruption de moeurs pour avoir possédé et produit du matériel obscène.

Les jurés ont délibéré pendant deux jours et ont rendu leur verdict le samedi 22 décembre 2012 à 18 h, après avoir demandé à prolonger les discussions au-delà de l'horaire.

Son avocate, Me Véronique Robert, se rappelle encore que l'échéance de Noël la préoccupait. « Je craignais qu'ils [les jurés] ne se sentent bousculés », se remémore-t-elle. « Mais le jury a fait son travail consciencieusement et a rendu son verdict après avoir discuté pendant deux jours complets. »

Par ailleurs, en 1995, le jury qui avait entendu le procès de cinq policiers accusés d'avoir brutalisé Richard Barnabé lors de son arrestation le 14 janvier 1994, avait délibéré 8 jours avant de rendre son verdict, le 26 juin en après-midi. Le jury avait passé tout le week-end de la Saint-Jean-Baptiste à huis clos avant d'envoyer une note au juge pour dire qu'il était unanime et prêt à dévoiler sa décision.

Quatre des cinq accusés avaient été déclarés coupables de voies de fait causant des lésions corporelles à Richard Barnabé. La cinquième accusée, la policière Manon Cadotte, avait été acquittée de toutes les accusations.

Ces quelques exemples font la démonstration que les jurés prennent leur travail au sérieux et ne rechignent pas à sacrifier des journées de congé afin de rendre un verdict conforme à la preuve qu'ils ont entendue.

Le jury au procès de Luka Rocco Magnotta entame lundi matin sa septième journée de délibérations.

Arrestation de Luka Rocco Magnotta