NOUVELLES
21/12/2014 11:23 EST | Actualisé 20/02/2015 05:12 EST

Garda encore la cible de voleurs: un fourgon blindé est subtilisé (VIDÉO)

Un camion de transport blindé de la firme Garda a de nouveau été attaqué par des voleurs dimanche soir, cette fois dans l'arrondissement d'Anjou, à Montréal. Il s'agit de la quatrième attaque du genre en quelques mois.

Les voleurs ont profité du moment où les deux convoyeurs de fonds étaient à l'intérieur d'une succursale de la Banque Royale pour prendre la fuite avec le camion.

« [Les convoyeurs] ont remarqué que leur véhicule avait été volé. Ils ont tenté de sortir à l'extérieur, mais les voleurs avaient apposé un cadenas sur la porte, les empêchant de sortir », a expliqué Jean-Pierre Brabant, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), à ICI RDI.

Les policiers, qui ont reçu l'appel de détresse des convoyeurs à 22 h 20, ont rapidement retrouvé le camion blindé à une centaine de mètres de la banque, vidé de son contenu.

Les convoyeurs, eux, sont demeurés prisonniers de la succursale jusqu'à 23 h. Les pompiers ont dû scier le cadenas en U pour libérer les agents de Garda.

Pour l'instant, les policiers ne détiennent aucune description de suspects.

Le montant dérobé demeure inconnu, mais la somme serait considérable.

Garda victime d'une série de vols

Un autre fourgon blindé de la firme Garda avait été attaqué par un ou plusieurs malfaiteurs armés et cagoulés, à Montréal, en octobre dernier.

Plus tôt dans l'année, des hommes déguisés avec des costumes d'Halloween s'en étaient pris à un autre camion de Garda, cette fois à Brossard. Lors de cet événement, les convoyeurs avaient été désarmés et aspergés de poivre de Cayenne par les voleurs. Ces derniers avaient réussi à s'emparer d'une importante somme d'argent.

En début d'année, un autre camion blindé avait été attaqué à Longueuil, mais le voleur a été abattu par l'un des convoyeurs.

Plus de protection demandée

Depuis plusieurs mois, le Syndicat national des convoyeurs de fonds exige de Garda qu'elle augmente la sécurité de ses membres. Il réclame particulièrement l'ajout d'un troisième agent pour réduire le risque d'attaques.

« Le troisième agent amène un effet dissuasif, un aspect de sécurité de plus. Il peut rester dans le camion en tout temps. Il peut être là pour réagir, intervenir, réfléchir, s'il arrive quelque chose », plaide la présidente provinciale du syndicat, Angélique Paquette.

Mme Paquette réclame aussi l'augmentation du nombre d'heures de formation des agents, en baisse ces dernières années en raison des coûts. Selon elle, une meilleure qualité des équipements de protection et plus de caméras de surveillance pourraient également améliorer la sécurité des convoyeurs de fonds. Elle souligne toutefois qu'aucune technologie ne peut remplacer un troisième agent.

« Combien d'événements va-t-il falloir encore connaître comme ça avant que Garda et avant que les autres instances interviennent? Présentement, la priorité de l'entreprise ce n'est pas la sécurité des agents et du public, mais c'est plutôt l'aspect financier. » — Angélique Paquette, présidente provinciale du Syndicat national des convoyeurs de fonds

Depuis plusieurs années, le syndicat des convoyeurs de fonds tente de convaincre le ministère de la Sécurité publique de renforcer la réglementation entourant la sécurité des agents. Mme Paquette affirme qu'une récente rencontre avec le cabinet de la ministre Lise Thériault lui laisse croire les choses pourraient changer.