NOUVELLES
19/12/2014 01:50 EST | Actualisé 18/02/2015 05:12 EST

Obama promet une réponse«proportionnelle» à la cyberattaque contre Sony

WASHINGTON - Le président Barack Obama affirme que les États-Unis auront une réponse «proportionnelle» à la grave cyberattaque de la Corée du Nord contre Sony, et ce à l'endroit, au moment et d'une façon qui seront choisis par Washington.

M. Obama a souligné que l'attaque avait causé de lourds dommages. Plus tôt vendredi, le FBI a imputé officiellement à la Corée du Nord cette attaque de pirates.

L'attaque a été suivie de menaces terroristes qui ont amené Sony à annuler la sortie du film «The Interview», qui était prévue pour le jour de Noël.

M. Obama a qualifié d'«erreur» le fait d'avoir annulé la sortie de cette comédie, dans laquelle deux journalistes tentent d'assassiner pour le compte de la CIA le leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un.

Le FBI a indiqué avoir assez de preuves pour conclure que la Corée du Nord était derrière la brèche informatique, qui a permis de couler des dizaines de milliers de courriels et d'autres documents.

Le communiqué déclare que les actions de la Corée du Nord visaient délibérément à porter atteinte aux États-Unis et à «supprimer la liberté d'expression des citoyens américains». Ces actes d'intimidation dépassent les bornes des comportements acceptables, ajoute le FBI.

Le dossier du FBI fait état de similarités entre l'attaque de Sony et d'autres «cyber-activités malicieuses» liées directement à la Corée du Nord.

Également vendredi, des pirates informatiques ont envoyé un nouveau courriel à Sony Pictures Entertainment, se réjouissant de la «sage» décision de ne pas sortir le film comme prévu dans les cinémas, en plus d'avertir de ne pas le distribuer autrement non plus.

L'existence du courriel a été confirmée par une personne oeuvrant dans l'entourage du studio. Celle-ci a demandé l'anonymat, car elle n'est pas autorisée à en discuter publiquement.

Le courriel a été envoyé à plusieurs employés de la compagnie de Culver City en Californie, ébranlée par des pirates informatiques s'appelant les Gardiens de la Paix.

Le courriel avertit aussi de retirer de l'Internet tout ce qui concerne le film, incluant des bandes annonces.

Sony Pictures est en processus de retirer tout signe du film de ses sites Internet et d'enlever des bandes annonces de YouTube. Le studio ne compte plus sortir le film.

PLUS:pc