NOUVELLES
19/12/2014 03:34 EST | Actualisé 18/02/2015 05:12 EST

Le gouvernement Harper aurait dû être à Genève, disent les Palestiniens

OTTAWA - Le plus haut diplomate palestinien au Canada estime que le gouvernement Harper n'aurait pas dû boycotter une conférence des Nations unies à Genève où l'on a sévèrement critiqué la colonisation israélienne en Cisjordanie et dans la partie est de Jérusalem.

Dans un communiqué, Said Hamad affirme que le Canada aurait dû assister à la conférence portant sur la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre.

Mercredi, 126 pays ont adopté une résolution affirmant que la construction d'habitations par Israël dans les territoires revendiqués par les Palestiniens ne respecte pas ses obligations juridiques internationales comme force d'occupation.

Tout comme Israël et les États-Unis, le Canada a boycotté la conférence, donnant un autre exemple du soutien indéfectible des conservateurs envers Israël. Une position qui met en lumière des différences majeures avec la plupart des autres membres des Nations unies, d'ailleurs.

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, a affirmé dans un communiqué que le pays s'était absenté pour ne pas donner de la crédibilité à un processus qu'Ottawa voit comme unilatéral et politisé.

M. Baird mentionne que le Canada a pleinement confiance en la primauté du droit en Israël et en la capacité des Israéliens d'enquêter sur les événements de l'été 2014 dans la bande de Gaza.

La guerre de 50 jours entre Israël et les militants islamistes du Hamas a causé la mort de plus de 2100 Palestiniens, des civils pour la plupart, selon les Nations unies. Il y a eu 72 morts du côté israélien, en majorité des soldats.

Israël estime que les conventions de Genève ne s'appliquent pas à la Cisjordanie, à la bande de Gaza et à Jérusalem-Est, car les Palestiniens n'ont jamais eu un État souverain.

Le conflit au Proche-Orient a aussi révélé un fossé entre le Canada et l'Union européenne. M. Baird s'est dit très inquiet de la décision de l'UE de retirer le Hamas de sa liste d'organisations terroristes, alors que le groupe a toujours ce statut au Canada.

PLUS:pc