POLITIQUE
19/12/2014 10:15 EST | Actualisé 19/12/2014 10:19 EST

« La population du Québec va continuer à s'enrichir », assure Philippe Couillard

PC

Philippe Couillard est optimiste : le premier ministre s'estime convaincu qu'en dépit des coupes tous azimuts qu'effectue son gouvernement au Québec, les Québécois ne cesseront de connaître la prospérité.

« La population du Québec va continuer à s'enrichir », a assuré Philippe Couillard en dressant son bilan de fin d'année sur les ondes de ICI RDI tôt, vendredi. Son assurance, le premier ministre la tire de sa conviction que « l'emploi, ça ne se crée pas uniquement par l'investissement public ».

Au contraire, dit-il, ça se crée largement par l'investissement privé : « Ce qu'on doit faire, c'est mettre en place des circonstances, un environnement qui vont faire en sorte que les gens vont venir investir chez nous, que nos entrepreneurs veulent démarrer une entreprise, la faire grandir, engager des gens ».

« Des nouvelles nous indiquent qu'on est dans la bonne direction [...] les revenus de l'État augmentent, pas par augmentation d'impôts mais par augmentation de l'activité économique. Les dépenses sont exactement là où on voudrait qu'elles soient. Enfin, on dépense moins qu'on gagne à Québec, c'est un principe assez fondamental, ça a pris bien des années pour en arriver là. »

— Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Rappelons que le gouvernement Couillard propose un gel salarial sur deux ans pour les fonctionnaires provinciaux, suivi d'une hausse annuelle de 1 % pour les trois années suivantes. Des mesures qui suscitent une grogne manifeste du côté des syndicats de la fonction publique.

Mais Philippe Couillard met de l'avant l'idée qu'au Québec, ce sont les petites et moyennes entreprises qui créent 70 % des emplois. Et pour les appuyer dans cette tâche, le premier ministre de la province fait valoir que son gouvernement a déployé 1,6 milliard de dollars, depuis le premier budget. Une somme répartie de la manière suivante :

  • des baisses d'impôt sur le bénéfice;
  • des baisses de taxes sur la masse salariale;
  • des subventions ou des aides financières pour le démarrage d'entreprises, pour l'exportation, pour l'innovation.

Ces mesures « pour les milieux les plus créateurs d'emploi » viennent s'ajouter au plan nord, à la stratégie maritime, à l'exportation d'électricité et à la lutte aux changements climatiques; « le marché du carbone est une façon de relancer l'économie, sur de nouvelles bases », explique M. Couillard.

« Des finances publiques chroniquement déréglées, ce n'est pas un milieu propice à la croissance économique. »

— Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Philippe Couillard est persuadé qu'en stimulant l'économie tout en redressant les finances publiques, la situation de la province va s'améliorer.

Il est à noter qu'en vertu de données publiées vendredi par l'Institut de la Statistique du Québec, le produit intérieur brut du Québec a enregistré une hausse au troisième trimestre de 0,4 % en termes réels. En regard des trois mêmes trimestres de 2013, le PIB réel progresse de 1,5 % au Québec contre 2,4 %, au Canada.

Le pouvoir d'achat des Québécois diminue

En dépit des bonnes nouvelles que le premier ministre Couillard voit poindre à l'horizon, les Québécois ont trouvé matière à se désoler dans les données révélées par l'Institut de la Statistique du Québec plus tôt cette semaine. Ces données, en effet, illustrent que le pouvoir d'achat des Québécois, mesuré par le revenu réel disponible par habitant, a diminué en 2013 de 0,3 %, une première depuis 1996.

L'Institut de la Statistique du Québec révélait en outre que le revenu disponible réel baisse par rapport à 2012, en raison notamment du fait que les impôts directs et les cotisations aux régimes d'assurance sociale payés par les Québécois progressent plus rapidement que les transferts sociaux et le revenu primaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'année politique 2014 en quelques citations