NOUVELLES
18/12/2014 09:28 EST | Actualisé 17/02/2015 05:12 EST

Sauvetage de canards sur la route: Emma Czornobaj en prison les week-ends et sans permis de conduire (VIDÉO)

MONTRÉAL - L'automobiliste qui a causé la mort de deux personnes en portant secours à des canards sur une autoroute a reçu jeudi une peine de prison de 90 jours, qu'elle purgera pendant les fins de semaine, probablement à compter de janvier.

Le juge a également interdit à Emma Czornobaj de conduire un véhicule pendant dix ans et lui a imposé 240 heures de travaux communautaires.

Emma Czornobaj avait été reconnue coupable en juin de négligence criminelle et de conduite dangereuse ayant causé la mort. En juin 2010, cette femme, âgée dans la vingtaine, avait causé la mort de deux motocyclistes — André Roy et sa fille adolescente, Jessie — en arrêtant sa voiture sur une autoroute à Candiac, en Montérégie, afin de porter secours à des canards.

La Couronne réclamait une peine de neuf mois d'emprisonnement, en plus de 240 heures de travaux communautaires et d'une interdiction de conduire durant cinq ans. La défense avait pour sa part fait valoir que l'imposition de 240 heures de travaux communautaires serait suffisante.

L'avocat de la défense, Marc Labelle, a indiqué qu'il ne comptait pas en appeler de la peine de prison, mais s'oppose aux dix années d'interdiction de conduire.

«L'interdiction de conduire de dix ans, ça, on va demander probablement à la Cour d'appel d'examiner ça. Parce que c'est plus long que d'habitude, il me semble», a-t-il soulevé.

M. Labelle a par ailleurs dû répondre à des questions sur les commentaires du juge, selon lesquels l'accusée n'a pas semblé avoir de remords pendant le procès.

«Mme Czornobaj est une personne introvertie. Ces gens-là, souvent, ont de la difficulté, dans le processus judiciaire, à faire comprendre qu'ils ont (des) remords. Moi, pour lui avoir parlé à plusieurs reprises, elle regrette, elle a (des) remords», a-t-il assuré.

Celle qui était la mère et la femme des deux victimes, Pauline Volikakis, s'est quant à elle montrée satisfaite de la peine.

«Quand on conduit, on a un privilège. Je suis juste contente que ma famille... on peut peut-être boucler la boucle et tourner la page et continuer, peut-être avec du positif, plutôt que régresser.»