POLITIQUE
17/12/2014 06:18 EST | Actualisé 17/12/2014 06:19 EST

Factures salées pour le téléphone du maire Labeaume à l'étranger

PC

La technologie a joué un bien mauvais tour au maire Régis Labeaume lors de récents voyages à l'étranger. Ses comptes d'appareils mobiles ont explosé à au moins deux reprises parce qu'ils étaient mal réglés. La Ville n'a toutefois pas eu à assumer toute la facture.

En février dernier, le maire de Québec est revenu de son voyage à Rome, en Italie, avec une facture de 11 800 $ pour l'utilisation de son iPad et de 8060 $ pour son téléphone, selon des documents obtenus par Radio-Canada grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

En juillet dernier, l'utilisation de son iPad aux États-Unis a fait grimper ses frais mensuels à 2106 $.

Le maire est furieux contre le fournisseur.

« Si vous me demandez pourquoi, je ne le sais pas. Je suis juste en maudit. Je ne comprends pas que des compagnies de cellulaire laissent aller ça. » — Régis Labeaume.

Visiblement, le maire n'était pas au courant que les frais d'itinérance des appareils intelligents sont élevés à l'étranger.

« On m'a dit que je le prenais sur 3G au lieu de le prendre wifi. Encore là, je ne suis pas sûr que je comprends tout », affirme M. Labeaume.

Même lorsqu'il est à l'étranger, le maire reçoit « des journaux, des revues de presse, des documents » qui peuvent occasionner une importante consommation de données.

Remboursement partiel

Heureusement, le fournisseur de services de téléphonie a remboursé une partie des dépenses.

Dans le cas du voyage à Rome, la facture totale de 19 860 $ a été réduite de près de 13 000 $. La Ville a tout de même dû débourser au final 6881 $.

Dans le cas du séjour aux États-Unis, aucun remboursement du fournisseur n'apparaît dans les documents consultés par Radio-Canada. Dans ce cas, le cabinet du maire affirme qu'il a acheminé une demande de forfait en itinérance. Celui-ci n'aurait pas été activé par la compagnie de téléphonie.

Le maire était officiellement en vacances à ce moment-là, mais il se défend d'avoir occasionné à la Ville des frais liés à des dépenses personnelles. « Je travaille quand je suis aux États-Unis. On m'envoie du stock. Je ne suis jamais en vacances », soutient-il.

Le maire estime que les compagnies de téléphonie devraient sonner l'alerte avant que le compte ne devienne aussi élevé, comme c'est possible pour les téléphones d'adolescents.

« Ça se peut-tu qu'il y ait un petit problème dans le système, qu'on se fasse un peu avoir? » — Régis Labeaume

Le service des technologies de l'information de la Ville a modifié les façons de faire afin qu'une telle situation ne se reproduise plus.

Avec les informations de Nicolas Vigneault

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Des prototypes de produits Apple