DIVERTISSEMENT
17/12/2014 11:46 EST | Actualisé 17/12/2014 12:04 EST

La chaîne AMI-télé lance sa programmation

Maskot via Getty Images

La chaîne AMI-télé, première au monde à proposer un contenu entièrement en vidéodescription en clair en français, est officiellement entrée en ondes mardi, et est désormais disponible gratuitement partout au Canada.

Elle peut dès maintenant être syntonisée via les distributeurs Bell (position 50) et Vidéotron (position 26) et, à compter du 1er janvier, Rogers (position 664), Telus (position 710) et Shaw (position à confirmer).

La vidéodescription en clair est une description narrative intégrée d’emblée aux émissions.

La plupart des diffuseurs offrent aussi le service de vidéodescription pour certains titres de leur grille, mais celui-ci doit être activé manuellement Chez AMI-télé, l’entièreté de la programmation sera automatiquement offerte en vidéodescription, sans que le téléspectateur ait besoin d’utiliser une télécommande ou un décodeur pour en bénéficier.

«C’est très, très important pour les personnes aveugles, a indiqué Philippe Lapointe, vice-président programmation et production, lors du cocktail de lancement d’AMI-télé. C’est aussi important que le sous-titrage pour les personnes sourdes.»

«Au Canada, on dit qu’il y a cinq millions de personnes qui sont non-voyantes ou qui ont de la misère à lire les textes imprimés. Notre mission, c’est d’augmenter le niveau d’accessibilité. La télévision est un médium d’inclusion, on la regarde en famille. Une personne aveugle est une personne qui a des amis, une famille, un travail, et qui a le goût, le lundi matin, autour de la machine à café, de parler de la télévision. C’est un médium rassembleur», a poursuivi Philippe Lapointe, qui, dans le passé, a été à la tête de TVA, Radio-Canada, Pixcom et Transcontinental.

Contenu généraliste

La demande d’Accessibilité Média, propriétaire d’AMI-télé, pour la mise sur pied de cette nouvelle tribune, a été déposée au CRTC il y a environ deux ans, et le travail d’élaboration a débuté il y a neuf mois. «La durée d’une grossesse», a souri Philippe Lapointe.

AMI-télé repose sur une programmation généraliste composée de fictions québécoises et américaines bien connues du public, d’information, de magazines et de cinéma. Les matinées sont consacrées aux tout-petits, avec les dessins animés Benjamin, Petit Ours et Elliot, par exemple.

Le reste de la journée, on a droit à des rediffusions de classiques et de succès récents, du genre Les beaux malaises, Les hauts et les bas de Sophie Paquin, Annie et ses hommes, L’auberge du chien noir, Les belles histoires des pays d’en haut, Les Experts : Manhattan, Une femme exemplaire, Sexe à New York, Patrouille du cosmos, Colombo, Star Trek, etc. Toutes les éditions d’Enquête, L’épicerie et Tout le monde en parlait seront reprises à AMI-télé quelques jours après leur première présentation à Radio-Canada. On a aussi prévu une sélection d’intéressants films de Noël pour la période des Fêtes.

À long terme, on souhaite insérer des productions originales à cette liste. En avril, un premier concept inédit, qui combinera informations, affaires publiques et services, sera dévoilé. Le rendez-vous de 30 minutes, qui ne porte pas encore de titre, sera animé par Luc Fortin et sera à l’horaire trois fois par semaine. Les tournages commenceront en janvier.

Lui-même non-voyant, Luc Fortin a 51 ans et exerce le métier de communicateur depuis une dizaine d’années. Les auditeurs du FM 103,3, à Longueuil, le connaissent bien, tout comme ceux de Canal M, la radio de l’organisme Vues et voix, qui donne accès aux livres et à la culture aux personnes vivant avec un handicap visuel ou une limitation fonctionnelle.

«Personnellement, je ne veux pas qu’AMI-télé soit la télé des non-voyants, a souhaité Luc Fortin. J’ai envie que ce soit une télé que tout le monde a envie de regarder, mais que le non-voyant puisse y trouver son compte autant que le voyant. On ne veut pas créer un ghetto. Ceci dit, déjà, quand j’ai commencé, au 103,3, j’ai toujours voulu que les personnes aveugles se sentent concernées par mes propos. Quand il neigeait, je conseillais aux gens de porter attention à ceux qui avaient du mal à se déplacer, quand je parlais d’un livre, je m’assurais qu’il soit disponible en format audio aussi, etc.»

«Chaque semaine, à mon émission, on aura deux demi-heures en format magazine, et un tête-à-tête, a-t-il ensuite précisé. Les invités seront des gens qui ont quelque chose à voir, de près ou de loin, avec le handicap: Jean-Marie Lapointe, qui a fait des documentaires sur le sujet, Charles Lafortune et Sophie Prégent, qui vont parler de leur fils autiste, Jean-Marc Chaput, dont la fille est atteinte d’une déficience intellectuelle… Il n’y aura pas que des parents, mais aussi des proches aidants. Au début, pour faire connaître la station, on va aller chercher des visages connus mais, au fil du temps, on veut aussi faire connaître des êtres du milieu, qui travaillent fort à faire changer les choses.»

Dans son allocution, mardi, Luc Fortin a soulevé une salve d’applaudissements en soulignant le fait que les enfants qui naissent aujourd’hui aveugles ne connaîtront jamais un monde sans vidéodescription. Il a aussi déclaré avec aplomb et émotion qu’il espère qu’AMI-télé ouvrira la porte à une plus grande inclusion de personnalités non-voyantes dans la sphère médiatique. Son patron, Philippe Lapointe, a abondé dans le même sens.

«Quand les premières rampes pour personnes handicapées sont arrivées sur les bords des buildings, plusieurs disaient que c’était inutile et que ça coûtait trop cher. Le sous-titrage, c’était la même chose. Il y a toujours un peu de résistance. Mais c’est un mouvement…»

Pour en savoir plus sur la chaîne AMI-télé, consultez son site web officiel,

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 séries télé à découvrir