NOUVELLES

Rhinocéros blanc du nord: après la mort d'Angalifu il ne reste que cinq individus à travers le monde

16/12/2014 09:23 EST | Actualisé 16/12/2014 11:27 EST
STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images
An adult white rhino looks on at the Entabeni Safari Conservancy, Limpopo, 300 kms north east of Johannesburg on July 31, 2012. Entabeni is one of the world's only dedicated orphanages for rhino calves whose parents were poached for their horns.The conservancy specially designed and built four high-care rooms and one intensive care chamber where sick calves can receive 24-hour attention. These include an incubator, drips and surveillance cameras. Almost 300 rhinos have been poached in South Africa since the start of the year, and in 2011, 448 were killed. The country's seen a huge rise in poaching in the last few years, as black market demand for rhino horn soars. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN (Photo credit should read STEPHANE DE SAKUTIN/AFP/GettyImages)

En deux mois, les rhinocéros blancs du nord ont perdu un tiers de leur espèce. Ils étaient sept, après la mort de Suni en octobre et celle d'Angalifu ce dimanche, il ne reste plus que cinq rhinocéros blancs du nord à travers le monde.

Angalifu est mort de vieillesse dans le Safari park de San Diego. L'animal, âgé d'environ 44 ans, y vivait en compagnie d'une femelle de la même sous-espèce.

A travers le monde il reste donc Nola, la femelle du zoo de San Diego, un deuxième rhinocéros blanc se trouve dans un zoo tchèque et les trois autres sont protégés dans une réserve au Kenya.

Ils y ont été transférés en 2009 depuis la République tchèque dans le but de les faire se reproduire. Le projet baptisé "L'ultime chance de survie" espérait que le niveau des hormones femmes redeviendrait normal dans leur milieu naturel. Cela n'a pas fonctionné, toutes les autres tentatives pour perpétuer cette sous-espèce ont échoué jusqu'à présent.

Le zoo de Dvur Kralove est le seul dans le monde qui ait réussi la reproduction en captivité des rhinocéros blancs du nord. Suni y est né le 8 juin 1980 et trois autres ont suivi.

Pour sauver ces rhinocéros, les efforts se tournent désormais vers la fécondation in vitro des femelles, la dernière chance de survie de cette espèce décimée par le braconnage.

La corne de rhinocéros vaut désormais deux fois plus que l'or: de 60 à 80.000 dollars le kilo au Proche-Orient ou en Asie, où on lui prête de pseudo vertus médicinales. Un braconnier recevra lui de 10 à 15.000 dollars le kg. Soit plusieurs années de salaire au Kénya. Les armes sont parfois louées entre 200 et 300 dollars à des policiers ou militaires.

Début juillet, Ol Jogi a connu le pire massacre de rhinocéros depuis plus de 15 ans au Kenya. Quatre ont été tués la même nuit par deux équipes de braconniers agissant simultanément en deux endroits. Le Kenya ne compte plus officiellement qu'environ un millier de rhinocéros (toutes sous-espèces confondues). En 2013, 59 y ont été tués, deux fois plus qu'en 2012.

En Afrique du Sud, pas moins de 769 rhinocéros (toutes sous-espèces confondues) ont été tués depuis le début de l'année 2014 et la crise du braconnage des rhinocéros semble encore loin d’être maîtrisée, selon le Fond International pour la Protection des Animaux (IFAW). L'Afrique du Sud abrite encore autour de 20.000 de ces animaux, soit 80% de la population mondiale.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Des animaux en voie de disparition