NOUVELLES
16/12/2014 03:06 EST | Actualisé 15/02/2015 05:12 EST

Des inspections de prévention d'incendies condamneraient une réserve du Manitoba

WINNIPEG - Le chef d'une réserve du nord du Manitoba où une fillette est décédée dans un incendie a déclaré que sa communauté ne pouvait se permettre de faire inspecter ses maisons afin de prévenir les feux.

Le chef David McDougall de la communauté autochtone de St. Theresa Point a déclaré, lors d'une enquête sur la mort de la fillette, que sa bande avait essentiellement le choix entre fermer les yeux ou voir ses maisons être inspectées et risquer des expulsions massives.

M. McDougall a expliqué ce raisonnement en mentionnant que les inspections forceraient «tout le monde» à quitter leur maison, ce qui pose problème puisqu'ils n'ont pas les moyens financiers pour les accommoder.

Plusieurs des membres de la communauté des Premières Nations utilisent toujours des poêles à bois alors que d'autres maisons n'ont pas été construites pour permettre le chauffage électrique. De nouvelles maisons ont été construites avec des détecteurs de fumée et un système de chauffage central, mais il y a un manque chronique de nouvelles maisons sur la réserve, selon M. McDougall.

Puisque la communauté n'a pas les moyens financiers pour améliorer les installations des vieilles maisons, plusieurs personnes craignent l'idée d'une inspection.

Une enquête sur la mort de trois enfants et d'un adulte dans deux incendies séparés dans des réserves du nord du Manitoba en 2011 doit prendre fin cette semaine à Winnipeg.

Cinq enfants ont survécu à un incendie, qui avait débuté dans une cheminée, à St. Theresa Point en janvier 2011, mais Errabella Harper, qui était âgée de deux mois, est décédée.

Un deuxième incendie deux mois plus tard à God's Lake Narrows, qui a pris forme en raison d'un système de chauffage dépassé, a tué Demus James et ses deux petits-enfants, Throne Kirness, deux ans, et Kayleigh Okemow, trois ans.

L'incendie à St. Theresa Point est survenu alors que le camion d'incendie de la communauté n'était pas fonctionnel, dans un garage, et sans tuyaux d'incendie. Personne ne savait où étaient les clés.

PLUS:pc