NOUVELLES
16/12/2014 04:06 EST | Actualisé 14/02/2015 05:12 EST

Attentat taliban à Peshawar au Pakistan: 141 morts, surtout des étudiants

PESHAWAR, Pakistan - Au moins 141 personnes ont été tuées mardi matin dans le nord-ouest du Pakistan, quand des militants talibans ont attaqué une école gérée par l'armée.

La vaste majorité des victimes sont des étudiants qui fréquentaient cette école militaire publique, qui accueille des jeunes de la première à la dixième année.

Le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a condamné cette attaque et s'est précipité vers Peshawar pour témoigner de sa solidarité. Peshawar, une ville d'environ 1,5 million d'habitants, est située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l'Afghanistan.

L'attaque a été perpétrée par un nombre relativement restreint de militants du Tehrik-e-Taliban (TTP, ou Mouvement des talibans du Pakistan), un groupe militant pakistanais qui tente de renverser le gouvernement. Des dizaines de blessés ont été transportés vers les hôpitaux de la région pendant que parents affolés tentaient de retrouver leurs enfants.

Au total, ce sont 132 enfants et neuf enseignants qui ont été tués, pendant que 121 élèves et trois membres du personnel étaient blessés.

Une demi-douzaine d'assaillants armés seraient entrés dans l'école en tout début de journée et auraient commencé à tirer au hasard, selon la police. Des commandos de l'armée sont rapidement arrivés sur place et ont commencé à échanger des tirs avec les militants.

La police a annoncé la fin de l'opération après quelques heures. Les forces de l'ordre s'affairent maintenant à râtisser l'école.

Le ministre de l'Information pour la province, Mushtaq Ghani, a indiqué que 126 personnes ont été tuées, surtout des enfants et des adolescents qui fréquentaient l'école. Des responsables médicaux avaient précédemment annoncé la mort d'au moins un enseignant et un soldat paramilitaire.

Le premier ministre a promis que le pays ne pliera pas face à la violence et que l'armée poursuivra l'opération agressive lancée en juin pour déraciner les militants qui se terrent dans la région du Nord-Waziristan.

«Le combat se poursuivra. Que personne n'en doute», a dit M. Sharif.

Un porte-parole des talibans, Mohammed Khurasani, a revendiqué l'attentat. Il a affirmé que l'attaque a été perpétrée par six kamikazes en guise de représailles pour la mort de talibans aux mains de l'armée. Le ministre en chef de la province où se trouve Peshawar, Pervez Khattak, mentionne plutôt huit assaillants vêtus d'uniformes militaires, dont deux qui auraient été abattus par les forces de l'ordre et un qui se serait fait exploser.

Un porte-parole de l'armée pakistanaise, Asim Bajwa, a indiqué sur Twitter que cinq militants ont été abattus et que les forces de l'ordre ont pu secourir deux enfants et deux enseignants.

La récente lauréate du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai, une écolière pakistanaise elle-même grièvement blessée par les talibans, a offert ses condoléances aux familles des victimes.

«J'ai le coeur brisé par cette attaque insensée, a-t-elle dit par voie de communiqué. En compagnie de millions de personnes à travers le monde, je pleure ces enfants, mes frères et mes soeurs, mais nous ne nous avouerons jamais vaincus.»

Peshawar est située dans une région abritant des fiefs talibans et est souvent victime d'attaques. Celles-ci ont redoublé environ cinq ans, soit depuis le lancement d'une offensive de l'armée pakistanaise contre les talibans.

Les autorités affirment que cette attaque de mardi est la pire à s'être produite au Pakistan depuis plus d'un an.

PLUS:pc