NOUVELLES
12/12/2014 04:01 EST | Actualisé 12/12/2014 04:01 EST

Un Allemand tué dans l'attentat contre le centre culturel français de Kaboul

ASSOCIATED PRESS
Afghanistan's security forces gather in front of the main gate of the French Cultural Center located at a high school, which was attacked by a suicide bomber in Kabul, Afghanistan, Thursday, Dec. 11, 2014. A teenage suicide bomber attacked the French-run high school in Kabul on Thursday, walking into a packed auditorium during a music performance and killing a German citizen, Afghan officials said. (AP Photo/Massoud Hossaini)

Berlin a annoncé vendredi la mort d'un Allemand dans l'attentat perpétré la veille contre le centre culturel français de Kaboul, revendiqué par les talibans.

«Je dois malheureusement confirmer qu'un citoyen allemand est mort dans l'attentat» de jeudi, a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Martin Schäfer.

«Cet homme travaillait à ma connaissance pour une organisation non gouvernementale locale», a-t-il ajouté, sans plus de précision.

Un kamikaze a attaqué jeudi le centre culturel français de Kaboul, faisant au moins un mort et une vingtaine de blessés.

Plus tôt dans la journée, un autre attentat suicide, également revendiqué par les rebelles talibans, avait tué six soldats dans les faubourgs de Kaboul, où les attaques contre les forces afghanes et les étrangers se sont multipliées ces dernières semaines.

Au centre culturel, installé dans le complexe du lycée franco-afghan Esteqlal, l'une des écoles les plus connues et réputées du pays, le kamikaze s'est fait exploser en fin d'après-midi au milieu des spectateurs qui assistaient à une pièce de théâtre.

L'attentat a été revendiqué par le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid dans un email envoye aux medias. Il a déclaré que la pièce de théâtre en question «désacralisait les valeurs de l'islam» et représentait «de la propagande contre le jihad».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les attaques se multiplient à Kaboul