NOUVELLES

NFL: Un mauvais mois de décembre ne veut pas dire d'oublier le Super Bowl

12/12/2014 06:04 EST | Actualisé 11/02/2015 05:12 EST

En discutant de la dernière victoire de ses Packers de Green Bay contre les Falcons d'Atlanta par une soirée enneigée au Lambeau Field, l'entraîneur-chef Mike McCarthy a débité toute une série de platitudes qui semblent vraies, mais qui font partie du «mythe de décembre» de la NFL.

«Gagner en décembre, c'est important, a dit McCarthy, et gagner en décembre, c'est difficile.»

En vérité, si on observe les dernières saisons la première partie de cet énoncé n'est pas totalement véridique — surtout si le but ultime est de l'emporter au Super Bowl. L'idée qu'il faille absolument connaître une fin de saison régulière sur les chapeaux de roue pour gagner un titre de la NFL fait partie des mythes et des fausses perceptions associés au dernier mois de l'année.

En fait, une seule équipe affichant un meilleur dossier après le 1er décembre que son adversaire au Super Bowl l'a emporté au cours des neuf dernières années. Et à trois reprises, dans cet intervalle, une équipe présentant une fiche perdante en fin de saison a finalement mérité les grands honneurs: les Ravens de Baltimore avaient une fiche de 1-4 après le 1er décembre 2012; les Saints de La Nouvelle-Orléans présentaient un dossier de 2-3 à l'aube des éliminatoires il y a trois ans; les Colts d'Indianapolis étaient dans la même position trois ans auparavant. Chacune de ces équipes championnes a défait au Super Bowl un club qui avait une fiche supérieure à la leur lors des cinq derniers matchs du calendrier régulier.

On croit aussi — à tort — que les équipes qui évoluent dans le nord des États-Unis dominent souvent vers la fin de la saison et les éliminatoires.

«La température joue de toute évidence un rôle dans les matchs de football en fin d'année, a déjà dit le légendaire quart Warren Moon. Je ne crois pas qu'il existe un seul joueur qui aime jouer par temps froid, mais on finit par s'habituer.»

Si certains joueurs — et leurs partisans — des Bills de Buffalo ou des Steelers de Pittsburgh espèrent tirer profit de cet avantage pour accéder aux éliminatoires dans l'Association américaine, les données amassées par STATS démontrent que ce ne sont pas toutes les équipes nordiques qui connaissent du succès à ce temps-ci de la saison.

Certes, depuis 10 ans, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont une fiche record de 42-7 en décembre, et de 14-4 lorsque le thermomètre frise le point de congélation au moment du botté d'envoi (seuls les Texans de Houston, à 3-0, ont un taux de succès supérieur).

Les Broncos de Denver ont compilé une fiche de 8-9 en pareilles circonstances, pour un taux de réussite de seulement ,407 — en comparaison avec celui de ,609 pour tous les autres matchs de la dernière décennie. Un autre exemple: les Browns de Cleveland sont mauvais peu importe la température, mais leur taux de réussite passe de ,349 au-dessus du point de congélation à ,238 au-dessous de celui-ci.

«Parfois, lorsqu'une équipe du nord évolue dans le sud des États-Unis en fin de saison, ça peut l'affecter autant qu'une équipe du sud qui se rend au nord. Tu t'entraînes dans des conditions hivernales et soudainement tu joues dans des conditions plus clémentes — d'une façon ou d'une autre, tu n'y es pas habitué», a expliqué Moon, qui a joué pour les Eskimos d'Edmonton avant d'accéder à la NFL.

«La fatigue te rattrape. Tu peux te fatiguer plus rapidement, ou te déshydrater.»

Et c'est sans compter les bizarreries, telles que les équipes du sud des États-Unis qui s'illustrent particulièrement par temps froid — comme les Dolphins de Miami. Ils ont compilé une fiche de 4-3 lorsque le thermomètre indique 0 degré Celsius ou moins depuis 2004, pour un taux de succès de ,571 par rapport à celui de ,416 lorsque les conditions de jeu sont plus clémentes.

PLUS:pc