NOUVELLES
12/12/2014 12:33 EST | Actualisé 11/02/2015 05:12 EST

La policière surnommée Matricule 728 risque désormais une peine moindre

MONTRÉAL - Accusée de voies de fait pour l'arrestation musclée d'un citoyen, la policière Stéfanie Trudeau, surnommée «Matricule 728», risque désormais une peine de prison beaucoup moins longue.

La Couronne a indiqué vendredi matin à la Cour qu'elle entend désormais poursuivre la policière par voie sommaire plutôt que par le processus réservé aux infractions criminelles.

Ce changement va permettre à sa cause de se rendre à procès plus rapidement, puisque cette procédure permet de sauter l'étape de l'enquête préliminaire, a indiqué le procureur de la Couronne Jean-Roch Parent.

La peine sera aussi moins lourde si la policière est reconnue coupable: elle risque ainsi un maximum de six mois de prison, plutôt que les cinq ans dont elle pouvait originellement écoper.

Et le changement aura aussi un impact sur l'emploi de Stéfanie Trudeau: elle pourrait conserver son poste au Service de police de la ville de Montréal, même si elle est reconnue coupable, alors qu'elle aurait été automatiquement destituée si elle avait été condamnée par le processus de mise en accusation criminelle.

Cette accusation de voie de fait simple découle d'une arrestation faite par la jeune femme en octobre 2012, sur l'avenue Papineau à Montréal, après avoir aperçu un homme buvant une bière devant un édifice. Quand l'homme a crié qu'elle était le «Matricule 728», la policière l'a poursuivi à l'intérieur et lui a fait une prise de cou.

L'intervention de la policière, qui est depuis suspendue avec solde et désarmée, avait fait grand bruit après qu'une vidéo de l'incident eut été largement diffusée dans les médias et sur Internet.

L'avocate de Stéfanie Trudeau, Célina St-François, a aussi indiqué son intention de présenter une requête en arrêt des procédures, basée sur la Charte canadienne des droits et libertés, pour abus de pouvoir.

Cette demande devra être déposée au dossier avant le 4 février, la date où la cause sera appelée de nouveau devant un juge, a précisé Me Parent.

PLUS:pc