POLITIQUE

Le chef du PLC Justin Trudeau dénonce le fractionnement des revenus de Harper

12/12/2014 11:42 EST | Actualisé 12/12/2014 11:42 EST
Chip Somodevilla via Getty Images
WASHINGTON, DC - OCTOBER 24: Canadian Parliament Liberal Party member Justin Trudeau participates in a panel discussion during a conference commemorating the 10th anniversary of the Center for American Progress in the Astor Ballroom of the St. Regis Hotel October 24, 2013 in Washington, DC. Co-founded by former Clinton Administration Chief of Staff John Podesta, the liberal public policy research and advocacy organization is a think tank that rivals conservative policy groups, such as the Heritage Foundation and the American Enterprise Institute. (Photo by Chip Somodevilla/Getty Images)

L'année 2015 qui se pointe à l'horizon sera marquée par des élections fédérales et les politiciens fédéraux commencent à affûter leurs discours en prévision de cette campagne. En entrevue à ICI RDI, le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, a lancé quelques salves en direction du premier ministre Stephen Harper.

M. Trudeau a notamment attaqué le bilan du gouvernement conservateur en matière fiscale et environnementale. Le chef du PLC a reproché à M. Harper de redistribuer des richesses aux citoyens les plus riches du pays. « Le fractionnement du revenu aide ceux qui n'en ont pas besoin », a déclaré M. Trudeau en dénonçant la politique fiscale controversée mise de l'avant par le ministre des Finances Joe Oliver.

Le fractionnement du revenu consiste à permettre aux couples avec enfants d'additionner les revenus d'un ménage et de les diviser par deux afin de réduire la somme des impôts sur le revenu à payer. Les personnes de plus de 65 ans disposent déjà de ce privilège. La mesure avait provoqué une division même au sein du caucus conservateur.

« M. Harper continue de vouloir donner de l'argent à ceux qui n'en ont pas besoin. »

— Justin Trudeau

M. Trudeau a promis de renverser cette mesure s'il accède au pouvoir. « Pas besoin de l'annoncer en campagne électorale, a-t-il déclaré en entrevue, je l'annonce déjà. » Il a également promis de réinvestir dans Radio-Canada, estimant que le diffuseur public ne pouvait assurer son mandat tout en absorbant compression budgétaire sur compression budgétaire.

« Le mandat de Radio-Canada c'est de rassembler le pays dans les deux langues officielles, de faire valoir l'expérience à travers le pays. On ne peut pas faire ça en coupant. »

— Justin Trudeau

De nouvelles normes pour l'industrie pétrolière

M. Trudeau a également attaqué le bilan environnemental de Stephen Harper, qui refuse d'imposer de nouvelles normes à l'industrie pétrolière, déjà aux prises avec une chute des prix du baril de brut. « M. Harper cherche toujours une excuse pour expliquer son inaction sur le plan environnemental, déplore M. Trudeau. Il croit encore qu'il y a un choix à faire entre l'économie et l'environnement alors qu'il faut faire les deux ensemble. »

Le chef du PLC convient que les ressources naturelles constitueront toujours l'une des assises de l'économie canadienne, mais il ajoute du même souffle qu'il faut en diversifier les pôles. Un gouvernement libéral miserait davantage sur l'économie du savoir pour contrebalancer le poids des ressources naturelles dans l'économie nationale.

L'éducation est d'ailleurs le premier des cinq grands axes de son futur programme électoral.

Les cinq grands axes d'investissement du PLC :

  • Éducation
  • Infrastructures
  • Développement économique internationale
  • Recherche et développement
  • Investissement à l'étranger

« On est en train de bâtir une vision qui va répondre aux réels besoins des gens de la classe moyenne et ceux qui veulent l'atteindre, soutient M. Trudeau. On est en train de bâtir une équipe forte et crédible pour être une alternative à M. Harper. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter