NOUVELLES

Une jeune kamikaze se fait exploser dans une école française de Kaboul: un mort

11/12/2014 04:02 EST | Actualisé 10/02/2015 05:12 EST

KABOUL - Une kamikaze adolescente s'est fait exploser dans l'auditorium bondé d'une école française à Kaboul, en Afghanistan, tuant sur le coup un citoyen allemand, ont annoncé des responsables afghans, jeudi.

Les talibans ont rapidement revendiqué l'attentat. Ils affirment avoir perpétré l'attaque parce qu'ils jugeaient que la pièce de théâtre présentée dans l'auditorium était immorale.

La victime serait un homme allemand, mais les autorités n'ont pas voulu fournir plus de détails.

Selon le ministre afghan de l'Intérieur, Mohammad Ayoub Salangi, dix autres Allemands auraient été blessés, dont quelques journalistes qui couvraient l'événement.

Le directeur de l'organisme de surveillance de la liberté de presse en Afghanistan a indiqué que trois journalistes afghans —deux caméramen et un reporter — faisaient partie des blessés.

Au cours du dernier mois, les insurgés afghans ont perpétré des attaques contre des étrangers qui ont mené à la mort d'un agent de sécurité britannique et de trois membres d'une famille sud-africaine.

L'explosion de jeudi est survenue dans la salle de spectacle du Centre culturel français, reliée au lycée Estaqlal, administré par le gouvernement afghan mais subventionné par la France. L'auteure de l'attaque avait environ 16 ans, selon le ministre Salangi.

La compagnie de théâtre locale Adzar interprétait la pièce «Battement de coeur, le silence après l'explosion» lorsque l'adolescente a pénétrée dans la salle. Elle a activé ses explosifs en se dirigeant vers la sortie, selon des témoins.

Le ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, a condamné «l'attaque lâche» des talibans, mais n'a pas confirmé la citoyenneté allemande de la victime.

«L'attaque est particulièrement sournoise parce que c'est arrivé dans un institut culturel où les Afghans et les bénévoles de la communauté internationale se réunissent pour des échanges amicaux. On a ciblé des gens qui aident le pays à se construire un meilleur avenir», a déploré M. Steinmeier.

Le président français François Hollande a lui aussi dénoncé «l'attaque odieuse» qui visait, selon lui, la «culture et la créativité».

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a confirmé qu'aucun Français n'avait été blessé.

Les violences en Afghanistan, qui sont devenues de plus en plus fréquentes dans les derniers mois, risquent de se poursuivre alors que la mission militaire internationale menée par les États-Unis tire à sa fin.

Au début de 2015, les États-Unis et l'OTAN ne laisseront que 13 000 soldats étrangers en territoire afghan pour soutenir les troupes locales.

PLUS:pc