Doha : le luxe à la pelle (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
DOHA
Isabelle Marjorie Tremblay
Imprimer

En roulant à pleins gaz entre les tours miroitantes de Doha qui semblent se louanger entre elles ou coincées au centre d'immenses chantiers de construction en vue de la FIFA de 2022, difficile d'imaginer qu'il y a 60 ans, grouillait ici un petit port modeste où poissons et perles du golfe Persique se transigeaient.

La capitale du Qatar grandit vite -trop vite pour certains- mais propose ce qu'il y a de meilleur d'un point de vue touristique. Pour quelques jours de vie de pacha sans se ruiner, prenez un des vols directs de Qatar Airways. Comme sur un douillet tapis volant, vous rejoindrez l'univers des Milles et Une Nuits, édition luxe 2014, en moins de 12 heures.


Close
Doha : le luxe à la pelle
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


En dépit d'une cure de modernisation agressive (165 gratte-ciels en 15 ans, construits par des milliers travailleurs immigrés), la capitale du Qatar n'a pas délaissé son charme arabe caractérisé par une culture passionnante et l'omniprésence de l'Islam. Les mosquées, les hommes en dishdash, les femmes en abaya, les faïences islamiques, la musique, le calme, l'excellente nourriture épicée, les dhows (boutres), certes Doha procure la sensation de se sentir à la fois en sécurité et à l'autre bout du monde. Admettons-le d'emblée, un pays dirigé par un cheikh, portant le nom de l'émir Tamim bin Hamad bin Khalifa bin Hamad bin Abdullah bin Jassim bin Mohammed al-Thani donne le ton à une expérience franchement dépaysante pour un occidental...

Le marché Souk Waqif

Incontournable à Doha, le marché Souk Waqif se situe sur un ancien espace vierge où les bédouins venaient autrefois avec leurs moutons et chèvres pour vendre de la viande, de la laine, du lait ou acheter du poisson. Construit au milieu des années 2000 dans une ville où les centres commerciaux dominent, le Souk est maintenant un espace social extérieur apprécié à Doha, où touristes et Qataris parés d'or, se zieutent avec discrétion.

Des dizaines de commerces propres et ordonnés exposent des souvenirs aux touristes, mais aussi des épices et graines à profusion, des tissus colorés, des vêtements, des bijoux, des objets en bois et des chaussures. Au détour d'une ruelle, les odeurs du monde titillent les sens: on y mange bien, à bon marché: stands coréen, libanais, arabe, thaïlandais, indien. Pour sortir du labyrinthe, suivez les effluves fruités des pipes à eau d'un café à chicha.

Pour un moment authentique, portez un coup d'oeil discret à l'hôpital à faucons (Falcon Hospital), le seul au monde, qui rappelle que la tradition millénaire des fauconneries est toujours présente au Qatar. Plusieurs Qataris sont fiers d’exposer leur trésor à plumes payés parfois entre 15 000$ et 40 000 $ US.

Musée d'art islamique

Plus grand musée du pays, construit au coût de 300 millions de dollars, le Musée d'art islamique a été bâti sur une île préfabriquée à 60 mètres de la rive. D'un style géométrique original signé par l'architecte chinois Ieoh Ming Pei, on y accède par une magnifique passerelle. Sur les murs des 18 salles repose une des plus belles collections d'art islamique au monde, datant du VIIe siècle au XIXe siècle.

Le Village Culturel de Katara

Katara est un tout nouveau «village culturel» à l'est du littoral de Doha. Tout y est moderne, mais encore là, le souci de garder le passé vivant, bien concret. Voisins de bâtiments en marbre brillants, se dressent 2 constructions en terre cuite (Birds Paradise) semblables à des ruches démesurées, tout juste à côté d'une mosquée. Dans ce vaste espace qu'est Katara, on y trouve une plage, des galeries d'art, des centres de création, des salles de spectacles, des restaurants, des musées et les bureaux de différentes fondations. À la tête de ce projet ambitieux; la très respectée Sheikha Mozah épouse de l'ancien émir et mère de l'émir actuel. L'amphithéâtre de 5 000 places fait de marbre importé d'Italie est une oeuvre d'art en soit, unique au monde.

Un hébergement royal

Pour un si petit état, l'offre en hôtels de luxe est abondante. Véritable pétromonarchie (le pays vivra richement du pétrole pour encore 50 ans) le Qatar mise sur le tourisme pour diversifier son économie. On y compte 76 hôtels «5 étoiles», dont 54 à Doha. Un exemple : l'Hôtel Sharq Village and Spa, qui dans ses villas de style « médina », offre 174 chambres et suites, de style à la fois moderne et ancien, ornées de mosaïques, œuvres d’art islamiques et de magnifiques détails calligraphiques.

L'hôtel se trouve à 5 minutes du nouvel aéroport ultra design de Doha, le Hamad International Airport.

Attenant à l'Hôtel, le Six Senses Spa, 2e plus grand spa du Moyen-Orient est sans doute un des plus beaux du secteur. Pour rejoindre les bains, 7 hammams, vestiaires, les 24 salles de soins ou de repos, les visiteurs empruntent des couloirs aux murs de chaux blanche dans une ambiance de village arabe. Loin du tumulte de la ville, cette pause santé est un incontournable à ceux qui visitent Doha !

Doha dans le noir

La location d'une voiture ou l'usage des taxis permet de passer une journée à la plage ou de partir en expédition dans le désert à partir de Doha. Et le soir, après un spectacle de jazz enflammé au chic St-Régis 5 Étoiles et un arrêt gourmand incontournable dans une pâtisserie orientale, un dernier zigzag permet d'apprécier Doha l'urbaine, qui dévoile un visage encore plus mystérieux la nuit…

L'auteure était l'invitée de l’Hôtel Sharq Village and Spa de Doha et de Qatar Airways. La compagnie aérienne offre 3 vols directs par semaine à destination de Doha.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter