NOUVELLES
11/12/2014 06:34 EST | Actualisé 10/02/2015 05:12 EST

Climat: les pays doivent s'unir pour s'attaquer au problème, dit John Kerry

LIMA, Pérou - Le secrétaire d'État américain John Kerry presse les gouvernements de cesser de se blâmer entre eux pour la responsabilité des changements climatiques et de s'unir pour s'attaquer au problème.

Dans son allocution à la Conférence sur le climat à Lima, jeudi, M. Kerry a plaidé que les pays devraient agir collectivement pour éviter un «échec moral qui aurait des répercussions historiques». Il a ajouté que les différents gouvernements auraient avantage à mettre les bouchées doubles dès maintenant.

M. Kerry a d'ailleurs incité les pays en voie de développement à ne pas se laisser tenter par les énergies à prix modique, comme le charbon, qui s'avèrent très polluantes pour l'atmosphère.

Le secrétaire d'État a aussi décoché quelques flèches vers certains politiciens américains, qui doutent encore du fait que le réchauffement climatique est causé par l'activité humaine, comme l'affirment les scientifiques.

Selon lui, il n'est pas nécessaire de «détenir un doctorat» pour observer les effets des changements climatiques.

Les diplomates présents à la Conférence de Lima tentent de trouver un terrain d'entente pour conclure un traité international qui serait adopté d'ici un an à Paris.

L'optimisme que certains avaient manifesté le mois dernier, lors d'une annonce entre les États-Unis et la Chine pour limiter conjointement leurs émissions des gaz à effet de serre, a pâli au Pérou.

La Chine semble avoir changé son fusil d'épaule, plaidant pour des objectifs diversifiés entre les pays riches et les pays en développement.

Plus tôt, jeudi, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé aux pays de suivre l'exemple de la Chine, des États-Unis et de l'Union européenne, qui se sont fixé des cibles en vue de l'accord de Paris. L'Inde, la Russie et le Japon, ainsi que d'autres émetteurs importants de gaz à effet de serre, n'ont pas encore soumis leurs objectifs.

Les gouvernements sont censés fixer leurs cibles à la fin du mois de mars, mais certains disent avoir besoin de plus de temps.

PLUS:pc