NOUVELLES
11/12/2014 08:03 EST | Actualisé 10/02/2015 05:12 EST

Browns: plus que jamais, tous les regards sont tournés vers Johnny Manziel

CLEVELAND - Les Browns ont finalement donné le centre de l'affiche à Johnny Manziel, le nommant quart partant, et ils espèrent bien avoir fait le bon choix.

Le joueur recrue, future supervedette de la NFL ou symbole de tout ce qui déplaît chez les athlètes d'aujourd'hui, selon à qui on s'adresse, va effectuer son tout premier départ en carrière dimanche à Cleveland, face aux Bengals de Cincinnati.

Avec leurs espoirs de jouer en janvier dans la balance, les Browns (7-6) vont confier leur attaque à 'Johnny Football' et à partir de là, tout est possible, pour le meilleur ou pour le pire.

«Si le jeu prévu n'est plus une option, il peut improviser en gardant le ballon, a dit le bloqueur Joe Thomas. Ça peut être un très gros plus quand votre quart peut prolonger un jeu comme il sait le faire. J'ai bien hâte au match. Nous espérons qu'il puisse nous amener au résultat souhaité.»

Manziel a fait son apprentissage comme réserviste de Brian Hoyer, qui a brillé en début de saison mais dont le rendement était fortement à la baisse depuis cinq matches, avec une seule passe de touché et huit interceptions.

Star des médias sociaux et auprès de la jeune génération, Manziel, un cauchemar pour les coordonnateurs défensifs, a déjà montré qu'il n'est pas intimidé par les stades bondés.

Avec Texas A&M, plus souvent qu'autrement, l'attaque ressemblait à ceci: Manziel prenait la remise en «shotgun», à une certaine distance de la ligne de mêlée. S'il ne trouvait pas de cible pour une passe, il esquivait d'un bord et de l'autre jusqu'au moment où un ailier se libérait. Et si cela n'arrivait pas, il continuait de courir assez longtemps pour éviter un sac.

Dans la NFL, on s'attend à ce que le coordonnateur de l'attaque des Browns, Kyle Shanahan, mette à profit les habiletés uniques du jeune Texan de 22 ans.

«J'ai vraiment hâte de voir ce qu'il peut faire, a dit Jim O'Neil, qui coordonne la défense des Browns. Tout le monde ressent l'espèce de vibration qu'il amène. Je suis content de ne pas être en charge de la défense adverse. Le contrer, ça peut être un méchant mal de tête.»

Tout le battage médiatique autour de Manziel a fait en sorte que beaucoup aimeraient bien lui donner une bonne dose d'humilité.

«Je vous garantis que quiconque va réussir un sac contre lui va le narguer et lui faire son signe des billets de banque, a dit l'entraîneur des Browns, Mike Pettine. C'est le prix qu'il doit payer pour sa réputation. Il en a déjà eu un avant-goût dans les matches préparatoires.»

Forts de trois gains de suite à l'étranger, les Bengals (8-4-1) sont les meneurs de la section Nord de l'Américaine, mais encore plus que les Browns, les Steelers et les Ravens rôdent avec des fiches de 8-5.

Andy Dalton a connu une journée de misère lors de la première confrontation entre les deux clubs, le 6 novembre. Il a subi trois interceptions et n'a complété que 10 passes sur 33, dans un match remporté 24-3 par les Browns. Depuis ce temps, il s'est bien repris en récoltant sept passes de touché en quatre matches.

PLUS:pc