NOUVELLES
09/12/2014 05:51 EST | Actualisé 08/02/2015 05:12 EST

Les Rays peuvent se chercher un autre domicile dans le secteur de Tampa

ST. PETERSBURG, États-Unis - Les Rays de Tampa Bay ont conclu une entente avec la Ville de St. Petersburg qui permettrait à l'équipe de chercher un site pour la construction d'un nouveau stade dans la grande région de Tampa Bay.

Depuis sa création en 1998, l'équipe évolue dans le comté de Pinellas à ce qui s'appelle présentement le Tropicana Field, mais les Rays se retrouvent fréquemment parmi les derniers à travers les majeures au chapitre des foules. L'entente, qui doit être approuvée jeudi lors d'un vote au conseil municipal de St. Petersburg, permettrait aux Rays de dénicher un terrain de l'autre côté de la baie, dans le comté de Hillsborough, à Tampa.

Le maire de St. Petersburg, Rick Kriseman, a également établi le coût des frais si les Rays devaient quitter la ville avant l'expiration de leur bail au Tropicana Field, qui arrivera à échéance en 2027.

Kriseman a également insisté mardi pour rappeler que l'entente ne permettrait pas aux Rays de considérer un déménagement à l'extérieur de la région de Tampa Bay.

Jusqu'ici, l'équipe pouvait seulement évaluer des sites alternatifs à St. Petersburg ou dans les environs du comté de Pinellas.

L'entente serait valide jusqu'au 31 décembre 2017 et ne serait plus valide si les Rays décidaient de déménager dans une autre région.

Le montant versé à St. Petersburg en cas de départ dépendrait du nombre d'année restant à écouler au bail. D'ici décembre 2018, le coût serait de 4 millions $ US par saison. Le coût passerait à 3 millions $ de 2019 à 2022 et à 2 millions $ pour les saisons subséquentes.

Rejoint à San Diego aux assises du Baseball majeur, le propriétaire majoritaire des Rays, Stu Sternberg, a mentionné qu'il ne savait pas si l'entente allait être approuvée ou non par le conseil municipal et a rappelé que le processus pour en venir à cette entente avait été très long.

Il a toutefois ajouté que si l'entente était rejetée, empêchant ainsi l'équipe d'évaluer ses options de l'autre côté de la baie, il serait alors possible que l'équipe quitte la région.

«Écoutez, je ne vais pas quitter, je ne vais pas déménager l'équipe. Je ne veux pas que l'équipe quitte la région, a dit Sternberg. Mais ça, c'est moi. Et les chances que je sois encore propriétaire de l'équipe en 2023 si nous n'avons pas de nouveau stade sont probablement nulles. Quelqu'un d'autre va la déménager. Ce n'est pas une menace, c'est simplement la réalité.»

Même s'ils ont participé aux éliminatoires à quatre reprises depuis 2008 et qu'ils ont affiché un dossier gagnant lors de six des sept dernières saisons, les Rays ont toujours de la difficulté à attirer des foules importantes.

Les Rays ont occupé le dernier rang des majeures pour une troisième saison consécutive en 2014, avec une moyenne de 17 857 spectateurs par rencontre.

PLUS:pc