NOUVELLES
08/12/2014 10:52 EST | Actualisé 07/02/2015 05:12 EST

L'ONU aura besoin de 16,4 milliards $ US en aide humanitaire en 2015

GENÈVE - Les Nations unies ont prévenu lundi qu'elles auront besoin de 16,4 milliards $ US pour venir en aide à 57,5 millions de malheureux à travers le monde en 2015.

Plus de 40 pour cent de cette somme — soit 7,2 milliards $ US — servirait à secourir 18,2 millions de personnes victimes de la guerre civile en Syrie.

Le montant demandé pour 2015 au nom de 455 organisations caritatives n'englobe pas l'argent nécessaire pour aider des millions de personnes touchées par la famine dans la région africaine du Sahel, qui est frappé par la sécheresse et de multiples crises.

L'ONU dit qu'elle a récolté 9,4 milliards $ US des 17,9 milliards $ US requis en fonds humanitaires pour 2014 — ce qui représente un trou de 8,5 milliards $ US d'ici la fin de l'année. Plusieurs des besoins non comblés cette année ont été reportés à l'an prochain.

La chef humanitaire de l'ONU, Valerie Amos, a indiqué que l'aide de 2014 a permis d'éviter une famine au Soudan du Sud, de nourrir des millions de Syriens chaque mois, de fournir des biens médicaux à un million d'Irakiens et de nourrir plus de 900 000 personnes en République centrafricaine.

Elle a ajouté que plus de 80 pour cent des sinistrés se trouvent dans des zones de conflits, où leurs vies sont ruinées par la brutalité et la violence, et que les besoins augmentent plus rapidement que les ressources. En date du 30 novembre, a expliqué Mme Amos, quelque 102 millions de personnes avaient besoin d'aide à travers le monde, dont 76 millions qui sont considérées comme étant particulièrement vulnérables.

«Chaque année, nous demandons à nos donateurs de plus en plus d'aide pour répondre à nos demandes, a-t-elle lancé aux journalistes à Genève. Mais au fur et à mesure que les besoins augmentent, l'écart avec les ressources s'élargit.»

Des besoins criants sont notamment évoqués en République centrafricaine, en Irak, au Soudan du Sud et en Syrie.

Le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Antonio Guterres, a ajouté que la hausse exponentielle des besoins témoigne de la complexité croissante des crises.

PLUS:pc