NOUVELLES
08/12/2014 08:20 EST | Actualisé 07/02/2015 05:12 EST

Le Canada est loin de ses objectifs de 2020 de réduction des émissions de GES

OTTAWA - Le Canada est encore très loin des cibles internationales fixées pour 2020 en matière de changements climatiques, a rapporté lundi Environnement Canada.

Même selon le pire scénario, le rapport 2014 Tendances en matière d'émissions au Canada indique que le Canada ne réussirait pas à réduire d'ici 2020 ses émissions de gaz à effet de serre de 17 pour cent par rapport aux niveaux de 2005, tel que le prévoit l'accord de Copenhague.

Le rapport, qui mesure les émissions de 2012, laisse entendre que, selon ses projections repères, retenu comme le scénario de référence, le Canada ne se rendra qu'à mi-chemin de ses engagements.

La forte augmentation des émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs gazier et pétrolier compensera presque entièrement pour la diminution de celles du secteur de l'électricité. Le Canada se retrouvera donc 1,2 pour cent en-dessous des niveaux de 2005 si toutes les mesures existantes et annoncées demeurent en place jusqu'à 2020.

En fait, les émissions de gaz à effet de serre vont même augmenter entre 2005 et 2020. Mais le gouvernement conservateur a dit aux Nations unies qu'il tiendra compte de la contribution des forêts boréales du Canada au puits de carbone dans ses calculs.

Il prévoit aussi les émissions totales devraient augmenter à mesure que l'économie croît.

«Le gouvernement du Canada oriente son action sur une approche pragmatique de lutte contre les changements climatiques, qui réduira les émissions tout en continuant de créer des emplois et en stimulant la croissance de l’économie canadienne», indique le rapport.

Ce rapport survient alors que la ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, se trouve à Lima, au Pérou, pour participer aux discussions internationales sur le prochain accord climatique international, attendu pour décembre 2015.

Selon le scénario de référence, indique le rapport, le Canada manquera l'objectif de 116 mégatonnes. Pour Megan Leslie, la porte-parole néodémocrate en matière d'environnement, il s'agit d'une honte pour le Canada à l'international. Son homologue libéral, John McKay, croit que le Canada a autant de chances d'atteindre les objectifs de réduction «qu'une boule de neige en enfer».

PLUS:pc