NOUVELLES

L'ACIA établit une zone de contrôle contre l'influenza aviaire en C.-B.

08/12/2014 06:09 EST | Actualisé 07/02/2015 05:12 EST

VANCOUVER - Près de la moitié de la Colombie-Britannique a été désignée zone de contrôle primaire par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) afin de prévenir la propagation de l'influenza aviaire dans les élevages de volailles de la province, lundi.

Les restrictions dépendent de la proximité du territoire avec les fermes déjà infectées. Les éleveurs doivent se procurer un permis pour déplacer leurs volailles, les produits et sous-produits de la volaille et leur équipement.

La zone est délimitée à l'ouest par l'océan Pacifique, au sud par la frontière américaine, au nord par l'autoroute 16, et à l'est par la limite de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.

Les éleveurs auront aussi besoin d'un permis pour s'assurer que leurs volailles ont été testées avant de se retrouver sur le marché, a indiqué le vétérinaire en chef de l'agence, Harpreet Kochhar.

Les États-Unis, le Mexique, l'Afrique du Sud et plusieurs pays asiatiques ont réduit ou interdit l'importation de volailles provenant de la Colombie-Britannique après que les animaux de cinq fermes de cette province eurent été atteints par l'influenza.

Selon le Dr Kochhar, les zones de contrôle démontreront aux autres pays que le Canada est prêt à prendre des mesures contre la propagation de la maladie, permettant de limiter les restrictions commerciales à la Colombie-Britannique ou à la vallée du Fraser.

Les virus d'influenza aviaire ne posent aucun risque pour la salubrité des aliments lorsque la volaille et les produits avicoles sont manipulés et cuits correctement. L'influenza aviaire se transmet rarement aux humains étant donné qu'ils ne sont pas constamment en contact avec les oiseaux infectés. Les autorités responsables de la santé publique sont prêtes à mettre en place des mesures de précaution si la situation l'exige.

PLUS:pc