NOUVELLES
08/12/2014 03:41 EST | Actualisé 07/02/2015 05:12 EST

Bournival jouera aux côtés de Desharnais et de Parenteau à son retour au jeu

BROSSARD, Qc - Le Canadien aura sa «French Connection» à l'attaque contre les Canucks de Vancouver, mardi. À son retour au jeu dans la LNH, Michaël Bournival complètera un trio de Québécois aux côtés de David Desharnais et de Pierre-Alexandre Parenteau.

Ce trio «fabriqué au Québec» s'inscrit dans la refonte des unités à l'attaque que l'entraîneur Michel Therrien a amorcée en troisième période du match de samedi à Dallas, que le CH a perdu 4-1 face aux Stars.

«Ça va être le 'fun' pour nous autres. J'ai hâte de voir ce que ça va donner sur la patinoire, a affirmé Bournival, en ajoutant que la communication sera facilitée. Ce que je veux, c'est d'apporter mon intensité et ma vitesse aux deux autres. La communication va être bonne.»

Therrien a affirmé qu'il n'a pas le choix de procéder à des changements en raison des insuccès de l'équipe, qui n'a récolté que trois points sur une possibilité de 12 dans ses six dernières sorties, ainsi que de la perte du centre Lars Eller.

Ainsi, le jeune Alex Galchenyuk pivotera un trio formé de Max Pacioretty et de Brendan Gallagher. Tomas Plekanec sera au centre des recrues Jiri Sekac et Sven Andrighetto. Et Manny Malhotra jouera avec Brandon Prust et Dale Weise. Eric Tangradi devrait être laissé de côté.

En défense, l'absence de Mike Weaver, qui a subi une commotion cérébrale samedi, et la maladie qui affecte Bryan Allen, absent de la séance d'entraînement lundi, ont contraint le Canadien à rappeler le jeune Nathan Beaulieu des Bulldogs de Hamilton.

On verra mardi s'il sera envoyé dans la mêlée. Lundi, il n'y avait que cinq défenseurs à l'entraînement: P.K. Subban, Andrei Markov, Sergei Gonchar, Alexei Emelin et Tom Gilbert.

Comme un «vieux couple»

Pour revenir aux changements de trios, Desharnais et Pacioretty n'amorceront pas un match ensemble pour la première fois depuis le début de la saison dernière. Au cours des dernières saisons, ils ont quasiment été inséparables.

Les deux joueurs disent voir la chose d'un bon oeil, Pacioretty déclarant que tout le monde au sein du groupe est à l'aise de jouer avec quiconque. Pacioretty n'a réussi que deux buts dans ses huit derniers matchs et Desharnais a amassé quatre aides.

«Il nous produire dans ce 'business' et l'équipe doit gagner, a affirmé Desharnais. Ça ne fonctionne pas dernièrement, des changements étaient prévisibles. C'est ce que ça prend des fois pour provoquer une étincelle et repartir à zéro. J'en ai vu d'autres, je vais retirer du positif de l'expérience.»

Pacioretty a ajouté qu'il n'y a pas lieu de faire un plat de la séparation du «vieux couple» du Tricolore.

«Vous en parlez, mais ce n'est pas le cas entre nous, a-t-il lancé à quelques journalistes. Personne ne se préoccupe de ça. J'apprécie de jouer avec 'Davey', mais aussi avec tous mes autres coéquipiers, comme 'Davey' apprécie de jouer avec PA (Parenteau), 'Bourny' (Bournival) et 'Prusty' (Prust).

«Je joue avec 'Pleky' (Plekanec) en infériorité numérique et on dirait que ça fait 10 ans que nous jouons ensemble.»

Pacioretty a souligné qu'un joueur de la trempe de Patrick Kane des Blackhawks de Chicago peut être utilisé au sein de plusieurs trios et que c'est ce qui le rend si menaçant.

«J'espère que nous réussirons à créer une cohésion entre plusieurs joueurs dans l'équipe afin que nous puissions nous adapter à toutes sortes de situations.»

Therrien a réitéré que les résultats font foi de tout et que c'est ce qui dicte le temps d'utilisation des joueurs.

«Nous nous attendons à davantage de leur part (Desharnais et Pacioretty) sur une base plus constante. C'est la raison pour laquelle nous avons pris la décision de les séparer. J'ai confiance aux changements opérés et j'espère que nous obtiendrons de bons résultats, a continué l'entraîneur. Dans chacun des trios, il y a beaucoup d'ingrédients que j'aime.

«Ça peut être positif parfois de changer de partenaire de jeu. Ça te sors de ta zone de confort et ça peut être un défi emballant. Dans le cas de Plekanec, à titre d'exemple, il est jumelé à deux joueurs très rapides. J'ai aimé ce que j'ai vu de ce trio-là à Dallas, et on veut poursuivre l'expérience.»

Therrien a dit souhaiter que Pacioretty agisse comme meneur de jeu au sein du trio de Galchenyuk.

«Vous voulez que vos meilleurs joueurs soient les meilleurs afin d'obtenir du succès sur une base constante. Vos meilleurs joueurs doivent être de bons leaders. Je m'attends à ce que 'Pacio' soit le leader de ce trio-là et que les deux jeunes continuent de travailler comme ils le font depuis le depuis de la saison.»

Eller, sérieux ou pas?

Therrien a confié qu'on en saura davantage en lien avec l'absence d'Eller après qu'il eut subi des examens additionnels, lundi.

«Ça pourrait être une courte ou une longue absence», a-t-il énoncé.

Pour ce qui est de Bournival, il va renouer avec l'action de la LNH après avoir effectué un séjour de trois matchs à Hamilton (deux buts, deux aides). Le patineur natif de Shawinigan n'a disputé que deux rencontres dans l'uniforme du Canadien cette saison. Il a subi une blessure à l'épaule gauche, le 5 novembre, au cours d'un duel contre les Sabres de Buffalo.

PLUS:pc