NOUVELLES

Yémen: Dix militants d'al-Qaïda tués dans des frappes américaines

07/12/2014 01:41 EST | Actualisé 06/02/2015 05:12 EST

SANAA, Yémen - Une opération aérienne risquée au Yémen, visant à secourir deux otages, a causé la mort de dix militants d'al-Qaïda samedi, ont dévoilé des représentants yéménites, dimanche.

Les captifs — le photojournaliste américain Luke Somers et le professeur sud-africain Pierre Korkie — ont finalement succombé à leurs blessures à la suite des frappes aériennes.

Environ 40 soldats des forces spéciales américaines ont participé à la mission, qui avait été précédée par des tirs de drones dans la région, selon des porte-parole américains.

Après avoir mené son offensive, l'armée américaine a retrouvé les deux hommes, qui étaient gravement blessés, mais encore vivants. Ils sont finalement décédés peu après.

Jeudi, des militants d'al-Qaïda ont publié une vidéo dans laquelle ils avaient menacé d'exécuter M. Somers si les États-Unis ne répondaient pas à certaines demandes.

Le corps de M. Korkie devrait être rapatrié en Afrique du Sud lundi, selon le gouvernement, qui a exprimé ses plus sincères condoléances à sa famille par voie de communiqué.

La veuve de M. Korkie et ses enfants se sont retirés pour vivre leur deuil seuls, selon un ami de la famille, Daan Nortier.

Plus tard dans la journée de dimanche, dans la capitale de Sanaa, un tireur a ouvert le feu aux funérailles d'un proche du président déchu Ali Abdullah Saleh. Trois de ses gardes du corps sont morts et lui a été blessé, selon les forces de sécurité.

Sheikh Sagheer Bin Aziz avait participé à des affrontements en 2010 contre des Houthis chiites, qui ont, depuis, repris le contrôle de la ville. Certaines sources avancent donc qu'un membre des Houthis serait à l'origine de l'attaque.

Par ailleurs, un autre tireur, vraisemblablement lié à al-Qaïda, a combattu des troupes gouvernementales à Houta, dans le sud du pays, causant la mort d'un soldat et en blessant trois autres.

PLUS:pc