NOUVELLES

Deux otages occidentaux ont été tués par des rebelles d'Al-Qaida au Yémen

06/12/2014 06:48 EST | Actualisé 05/02/2015 05:12 EST

SANAA, Yemen - Un photojournaliste américain et un professeur sud-africain détenus au Yémen par des rebelles d'Al-Qaida ont été tués lorsque la tentative des États-Unis de les libérer a échoué, samedi.

Le président américain Barack Obama a dit qu'il avait donné l'ordre d'une telle mission à la lumière d'un «danger imminent» encouru par le reporter.

Al-Qaida avait au préalable mis en ligne une bande vidéo dans laquelle on menaçait de tuer le photographe Luke Somers, ce qui a mené les forces américaines à essayer une deuxième tentative de le libérer, avec le soutien de soldats du Yémen.

Dans le cas de l'enseignant, Pierre Korkie, un groupe d'aide humanitaire qui avait aidé à négocier sa libération a dit qu'elle devait se concrétiser dimanche.

Un haut responsable de l'administration Obama a dit à l'Associated Press que des rebelles ont tenté de tuer Somers juste avant le début de l'opération, le blessant.

Les soldats américains l'ont ensuite amené sur un navire de la marine dans la région, où il a succombé à ses blessures, selon ce haut responsable.

Dans un communiqué, Obama n'a pas nommé Korkie explicitement, disant plutôt qu'il a «donné le feu vert à la libération de tout autre otage se trouvant au même endroit que Luke.»

Le gouvernement sud-africain n'a pas fait de commentaires dans l'immédiat sur la mort de Korkie.

Le chef de la sécurité nationale au Yémen, le major-général Ali al-Ahmadi, a dit que les rebelles comptaient tuer Somers samedi, ce qui a déclenché la mission conjointe.

L'opération a commencé avant l'aube dans la province de Shabwah, dans le sud du Yémen, un château fort d'Al-Qaida dans la péninsule arabe. Des drones américains ont d'abord frappé la région de Wadi Abdan, suivis de mitraillages aériens et terrestres. Des hélicoptères ont aussi amené plus de soldats pour l'attaque de la maison où se trouvaient les otages, a dit un responsable de la sécurité du Yémen.

Somers et Korkie «ont été assassinés par des terroristes alors que se déroulait l'opération», a dit le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel.

Au moins neuf rebelles Al-Qaida avaient péri dans une première attaque de drones, a confié un autre responsable de la sécurité, sous le couvert de l'anonymat.

L'opération de samedi marquait le deuxième échec de troupes américaines et du Yémen à la recherche de Somers, qui était parmi ce qu'on estime à une douzaine de personnes présumées détenues par Al-Qaida au Yémen.

Le 25 novembre, des forces spéciales ont libéré huit captifs dans une région désertique, près de la frontière avec l'Arabie saoudite, mais Somers et d'autres otages avaient été déplacés dans les jours qui ont précédé.

Somers a été kidnappé en septembre 2013 en quittant un supermarché de Sanaa, a dit Fakhri al-Arashi, éditeur en chef de National Yemen, où Somers a travaillé comme réviseur et comme photographe pigiste pendant le soulèvement de 2011 au Yémen.

Somers, qui était âgé de 33 ans, a obtenu un baccalauréat en création littéraire du Beloit College au Wisconsin, où il a étudié de 2004 à 2007.

Korkie a été enlevé à Taiz au Yémen en mai 2013, en compagnie de son épouse Yolande. Des rebelles ont plus tard libéré celle-ci après avoir négocié avec Gift of the Givers, une organisation non gouvernementale.

«La dévastation psychologique et émotionnelle de Yolande et sa famille sera alourdie par le fait d'avoir su que Pierre allait être libéré (dimanche), a dit l'ONG par communiqué. Des leaders se sont rencontrés ce matin à Aden pour préparer les arrangements de sécurité et la logistique pour redonner à Pierre sa liberté. Il est encore plus tragique que les mots que nous avons utilisés dans une conversation avec Yolande ont été: 'L'attente est presque terminée'.»

PLUS:pc