NOUVELLES

Le détaillant Mexx réclame la protection de la Loi sur la faillite au Canada

05/12/2014 04:55 EST | Actualisé 04/02/2015 05:12 EST

MONTRÉAL - Mexx a déclaré faillite, devenant le plus récent détaillant de mode contraint de liquider ses actifs.

Le détaillant établi aux Pays-Bas a affirmé vendredi qu'il prévoyait déposer une proposition à ses créanciers au Canada en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. L'entreprise compte 315 magasins à travers le monde, incluant environ 95 au Canada, qui demeureront ouverts durant le processus.

La décision survient environ une semaine après que Reitmans (TSX:RET.A) eut annoncé qu'elle fermerait sa bannière Smart Set, et aussi dans la foulée de la décision par Jacob en octobre d'abandonner ses efforts de restructuration et de fermer ses 92 magasins à travers le pays.

Il y a également eu une arrivée graduelle de détaillants de mode américains au Canada. Target et Marshalls sont probablement les nouveaux venus les plus connus, mais d'autres grandes marques étrangères telles que H&M et Banana Republic ont augmenté leurs parts de marché en réduisant leurs prix. Des détaillants à prix médians comme Ann Taylor, Loft et J. Crew sont aussi débarqués au pays après s'être forgé une réputation auprès des consommateurs transfrontaliers.

Parallèlement, les chaînes de boutiques de luxe Nordstrom et Saks cherchent à concurrencer Holt Renfrew.

L'analyste Terry Henderson, du groupe J.C. Williams, a dit croire que Mexx survivra probablement d'une quelconque façon car il s'agit d'une marque mondiale qui pourrait faire l'objet d'une acquisition ou être revue de fond en comble.

Des entreprises en difficulté se sont plaintes des aubaines marquées au Canada qui ont fait chuter les prix considérablement. M. Henderson estime que les consommateurs peuvent s'attendre à des prix encore plus bas jusqu'à tard en janvier.

«Ils essaieront de liquider ces inventaires avec des aubaines encore plus fortes, alors il s'agira d'une guerre des prix encore plus sanglante», a soutenu l'analyste en entrevue.

M. Henderson a fait valoir que la déroute de Mexx avait été signalée déjà en février par l'abandon soudain de ses activités en ligne. Le détaillant en avait fait l'annonce dans un avis sur fond noir sur son site web.

Les entreprises les plus vulnérables ont été les détaillants de masse qui ont échoué à développer une niche et qui ne comptent peu ou pas d'activités en ligne, a expliqué Brynn Winegard, une analyste marketing chez Winegard and Company.

«Vous ne pouvez vous permettre d'être un intermédiaire sans présence web et uniquement en briques et mortiers, a-t-elle fait valoir. Ils se trouvent dans chaque centre commercial et ne s'attardent pas à trouver une nouvelle niche.»

Mexx a été acquis par Liz Claiborne en 2001 et vendu dix ans plus tard à la firme de capital-investissement américaine The Gores Group.

L'entreprise a été fondée dans les années 1970 par le designer de mode Rattan Chadha et une série de partenaires d'affaires qui fournissaient des magasins de détail et de gros aux Pays-Bas. Le nom Mexx a pris son envol en 1986 avec la fusion des marques Moustache, Emanuelle et XX pour «kiss, kiss».

À son sommet, Mexx a compté plus de 800 magasins dans 55 pays, et employé plus de 6000 personnes.

PLUS:pc