NOUVELLES

Radford espère utiliser sa plateforme pour aider les autres jeunes homosexuels

04/12/2014 07:00 EST | Actualisé 03/02/2015 05:12 EST

TORONTO - Les succès d'Eric Radford sur la patinoire ne s'arrête pas sur le podium ou avec une médaille d'or.

Le patineur artistique de 29 ans espère utiliser sa plateforme en tant qu'un des meilleurs athlètes au Canada pour aider ou inspirer les jeunes homosexuels.

«Je me considère chanceux que mon sport me donne une voix pour ceux qui veulent écouter», a déclaré Radford jeudi.

Entre un entraînement avec sa partenaire Meagan Duhamel, jeudi matin, et un rendez-vous chez un physiothérapeute, Radford a effectué une série d'entrevues au sujet de sa décision d'annoncer publiquement son homosexualité. Le double médaillé de bronze aux championnats mondiaux a fait son annonce cette semaine dans une entrevue avec «Outsports».

«Il y a une partie de moi qui savait que j'allais l'annoncer éventuellement, a-t-il dit. Je veux profiter de mon talent de plus d'une façon. J'ai mon talent, je suis un excellent patineur avec Meagan et nous avons connu du succès et nous espérons continuer à en connaître. Mais je veux l'exploiter de différentes manières et je crois que mon histoire, d'être moi-même en tant qu'homosexuel, peut aider ou guider d'une certaine manière les jeunes homosexuels, et pas seulement ceux qui sont des athlètes.»

Radford et son copain Normand, un triathlète, sont en couple depuis quatre ans. Les deux hommes et la fille de Normand, qui est âgée de 14 ans, sont devenus une famille tricotée serrée.

Il a mentionné que son annonce n'avait pas été particulièrement une grosse histoire pour lui. Ses amis et pratiquement tout le monde dans le milieu du patinage artistique étaient au courant. Ses parents, qui l'ont toujours appuyé, ont presque ri en déclarant que «tout le monde le sait déjà», a raconté Radford.

Mais le patineur de Balmertown, en Ontario, a déclaré que le monde du sport était en retard sur le reste de la société en ce qui concerne le sort réservé aux athlètes homosexuels.

«Je pense que les temps commencent un peu à changer pour les athlètes homosexuels, je pense que le climat change et que c'est de moins en moins une grosse nouvelle quand un athlète sort du placard et ils sont plus confortables pour le faire, a noté Radford. Mais je sais que chaque sport amène ses propres défis. Ce sera plus difficile pour quelqu'un qui joue dans une équipe avec 20 autres gars que pour moi avec Meagan. J'imagine que la pression est beaucoup plus intense et que vous vous sentiriez moins confortables.

«Le fait qu'une équipe ou que les partisans ne savent pas qu'un athlète est homosexuel ne change rien au fait qu'il l'est. C'est presque comme choisir de ne pas voir quelque chose alors qu'elle est présente.

«J'espère qu'un jour ce ne sera même plus un enjeu. Ce qui compte, c'est d'être le meilleur athlète possible, peu importe la race, la religion ou l'orientation sexuelle. Le reste ne devrait même pas être un enjeu.»

PLUS:pc