NOUVELLES

Énergie Est: le premier ministre de Saskatchewan est rassuré par Kathleen Wynne

04/12/2014 04:15 EST | Actualisé 03/02/2015 05:12 EST

REGINA - Le premier ministre de la Saskatchewan a estimé jeudi que les récentes rencontres de ses homologues de l'Ontario et du Québec avec l'Albertain Jim Prentice constituent «une très bonne nouvelle» pour l'important projet d'oléoduc Énergie Est.

L'Ontario et le Québec ont posé sept conditions pour accepter le passage sur leur territoire de l'oléoduc qui doit acheminer le pétrole brut de l'ouest du pays vers des raffineries de l'est, et jusqu'au port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. L'une de ces conditions est de mesurer l'impact environnemental de ce projet de 12 milliards $.

À l'issue d'une rencontre avec M. Prentice, mercredi à Toronto, la première ministre Kathleen Wynne avait précisé que son gouvernement se préoccupait avant tout des émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par l'oléoduc dans sa province, pas en amont, dans l'Ouest, lors de l'exploitation du pétrole des sables bitumineux.

Le gouvernement du Québec, entre autres conditions, demande une évaluation, par son propre Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, de l'ensemble de la portion québécoise du projet, «comprenant une évaluation des émissions de GES». Mais à l'issue de sa rencontre avec Jim Prentice, mardi à Québec, le premier ministre Philippe Couillard a lui aussi indiqué qu'il excluait l'évaluation des émissions de GES en amont.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a admis jeudi qu'il s'inquiétait jusqu'ici de cette condition posée par l'Ontario et le Québec relativement aux émissions de GES produites par tout le projet. Il se réjouit maintenant que les premiers ministres de ces deux provinces aient pu clarifier les termes de cette condition.

L'Assemblée législative de la Saskatchewan a adopté la semaine dernière une motion demandant à l'Ontario et au Québec de reconnaître la compétence exclusive de l'Office national de l'énergie pour évaluer ce projet d'oléoduc.

L'office fédéral n'étudiera pas les émissions de GES produites par le projet en amont de l'oléoduc.

PLUS:pc