NOUVELLES

L'ex-capitaine Daniel Alfredsson a fait son dernier tour de piste à Ottawa

04/12/2014 10:29 EST | Actualisé 03/02/2015 05:12 EST

OTTAWA - Daniel Alfredsson a chaussé ses patins devant son vieux casier dans le vestiaire des Sénateurs d'Ottawa et enfilé le chandail numéro 11 décoré de la lettre «C», comme dans le bon vieux temps. Sauf que ce n'était pas du tout comme dans le bon vieux temps.

Les autres joueurs de l'équipe ont sauté sur la patinoire pour l'échauffement et ont formé une haie d'honneur pour l'homme qui, plus tôt jeudi, avait annoncé sa retraite. Ils ont tapé sur la glace avec leurs bâtons et Alfredsson a salué la foule en liesse pour la première de plusieurs fois pendant que les spectateurs scandaient «Alfie» à tout rompre.

Une version de la chanson «Beautiful Day» de U2 — employée après chaque but d'Alfredsson, et l'une de ses préférées — résonnait dans les quatre coins du Centre Canadian Tire. Il s'agissait d'un moment incomparable pour un joueur incomparable qui aura été le visage de la concession.

Alfredsson a rencontré les leaders de l'équipe, Erik Karlsson, Chris Phillips et Chris Neil, comme il le faisait toujours, a effectué quelques sprints et pris part à son jeu préféré, où un joueur doit tenter d'enlever la rondelle à deux autres.

Karlsson, le neuvième capitaine de l'histoire des Sénateurs et le meilleur ami d'Alfredsson au sein de l'équipe, a même retiré le «C» de son chandail pendant l'échauffement.

Pendant que les joueurs des Islanders de New York vaquaient à leurs affaires, aucun joueur des Sénateurs n'a quitté la glace jusqu'à ce que Alfredsson ne fasse un dernier tour de patinoire, son bâton levé en direction des amateurs. L'athlète de 41 ans, qui avait paraphé un contrat symbolique d'une journée afin de prendre sa retraite dans l'uniforme des Sénateurs, a quitté la surface glacée au son de «Time of your life», de Green Day.

Un montage vidéo accompagné d'une autre chanson de U2 a agrémenté le reste de la cérémonie d'avant-match. Le tableau indicateur a également affiché une liste des exploits d'Alfredsson avec l'équipe, et un dernier message : «Le plus grand Sénateur de tous les temps».

Alfredsson a effectué un dernier tour de piste, suivi par un projecteur, et s'est rendu au centre de la patinoire où il a attendu son épouse Bibbi et leurs quatre fils, Hugo, Loui, Fenix et William Erik, vêtus du chandail de Karlsson.

«C'est merveilleux d'être de retour à Ottawa, a-t-il déclaré aux partisans de l'équipe. Merci pour tous les merveilleux moments et magnifiques souvenirs. Ils nous lieront à vous pour toujours... Ne nous disons pas au revoir.»

Pour Alfredsson, cette cérémonie a été plus ardue à vivre qu'il ne l'aurait cru.

«C'est tellement émouvant que c'est presque difficile à saisir. Ça vous donne la chair de poule et m'a rendu extrêmement nerveux.»

Après avoir remercié les amateurs, Alfredsson a chanté l'hymne national du Canada avant que l'ancien capitaine et le nouveau ne participent à une mise en jeu protocolaire effectuée par les enfants.

Alfredsson, qui avait promis que cette année serait consacrée à sa famille, a quitté la glace pour la dernière fois, accompagné de sa femme.

Dire merci aux partisans

Plus tôt jeudi, les Sénateurs avaient tout mis en place afin d'organiser ce que plusieurs surnommaient 'Alfie Day' à Ottawa. Sa femme, ses fils de même que ses ex-coéquipiers Erik Karlsson et Wade Redden l'ont rejoint sur la tribune.

«Il adorait prêcher par l'exemple, mais il savait à quel moment se lever et parler aux gars, a dit Redden. Il savait, d'une certaine façon, choisir les bons mots.»

Redden, qui a passé 11 saisons avec les Sénateurs, a ajouté que chaque accolade que son bon ami obtenait était méritée. Redden s'est rendu à Ottawa afin d'assister à la cérémonie.

«C'est d'abord et avant tout un bon gars et un très bon ami, a-t-il confié. Il y a tant de bons souvenirs en sa compagnie, tant sur la patinoire qu'à l'extérieur. Il avait sa façon bien personnelle d'aborder un match, et je pouvais toujours compter sur lui afin de m'aider à comprendre les enjeux. Il était très disponible pour discuter, de tout et de rien.

«Il était toujours le gars le plus travaillant, et c'était facile de voir que la passion l'animait. Il adorait ce sport.»

En conférence de presse de jeudi matin, Alfredsson a endossé son légendaire no 11.

Le vétéran, qui fut capitaine des Sénateurs de 1999 à 2013, a surpris le monde du hockey l'an dernier en quittant la capitale fédérale pour se joindre aux Red Wings de Detroit. Son départ, après 1178 matchs, 426 buts et 682 mentions d'assistance, avait causé de l'amertume chez les deux parties, mais jeudi elles avaient vraisemblablement tourné la page sur cet événement.

«Je veux simplement souhaiter la bienvenue à Daniel», a commenté le propriétaire de l'équipe Eugene Melnyk en conférence de presse.

Alfredsson, qui a décidé il y a trois semaines d'annoncer sa retraite, s'est dit heureux d'être de retour.

«Prendre ma retraite ici me permettra de remercier les gens et les partisans des Sénateurs, a-t-il déclaré. Donc, nous y voici.»

Originaire de Göteborg, en Suède, Alfredsson fut un choix de sixième ronde — 133e au total — lors de la séance de repêchage de la LNH en 1994. Au fil des ans, il a disputé 121 des 126 matchs éliminatoires de l'histoire de la concession.

Il a participé aux séries éliminatoires à 15 reprises, notamment en 2007 lorsque les Sénateurs ont accédé à la finale de la Coupe Stanley avant de s'incliner devant les Ducks d'Anaheim.

Il a gagné la médaille d'or avec la Suède aux Jeux olympiques de Turin en 2006, complétant le tournoi à titre de meilleur marqueur de son équipe. Il a aussi mené les Sénateurs, décimés par les blessures à Jason Spezza et Karlsson, vers les séries éliminatoires en 2013.

PLUS:pc