NOUVELLES

L'action de Canadian Oil Sands a plongé de plus de 16 pour cent

04/12/2014 05:50 EST | Actualisé 03/02/2015 05:12 EST

CALGARY - Les actions de Canadian Oil Sands (TSX:COS) ont chuté de plus de 16 pour cent, jeudi, après que l'entreprise eut annoncé qu'elle réduirait son dividende trimestriel de près de 43 pour cent.

L'action est tombée à un creux de 10,72 $ au cours de la séance à la Bourse de Toronto, reprenant un peu de terrain en après-midi pour clôturer à 10,98 $, en baisse de 2,15 $.

Canadian Oil Sands compte une participation de 37 pour cent dans la production de sables bitumineux de Syncrude Canada, au nord de Fort McMurray, en Alberta.

L'entreprise est particulièrement vulnérable à la volatilité des prix du pétrole, étant donné qu'elle a peu d'autres actifs pour amortir les coups.

Le chef de la direction, Ryan Kubik, a reconnu jeudi en conférence téléphonique que le sort de la compagnie reposait sur «les montées et les chutes du prix du pétrole». Il a toutefois ajouté que les installations de Fort McMurray avaient déjà connu plusieurs hauts et bas en 35 ans d'existence.

Tard mercredi, Canadian Oil Sands a annoncé qu'elle réduirait en janvier son dividende trimestriel à 20 cents, par rapport à 35 cents, afin de maintenir un équilibre dans un contexte de faibles prix du pétrole.

Le cours du pétrole à la Bourse des matières premières de New York a perdu environ 35 pour cent depuis l'été, et a clôturé jeudi à 66,81 $ US le baril. Canadian Oil Sands anticipe un prix moyen de 75 $ US le baril pour 2015.

Canadian Oil Sands cherche à maintenir son niveau d'endettement entre 1 milliard $ et 2 milliards $. En tenant compte des plans de dépenses de l'an prochain, jumelés à la faiblesse des prix, la dette aurait excédé la tranche supérieure de cette fourchette si le dividende n'avait pas été réduit.

L'analyste de Desjardins Marchés des capitaux Justin Bouchard a affirmé qu'il ne serait pas surpris de voir Canadian Oil Sands réduire encore davantage son dividende à 10 ou 15 cents si les prix des matières premières ne s'améliorent pas.

PLUS:pc