NOUVELLES

Hostilités entre chasseurs: la Sûreté du Québec a-t-elle tenté de protéger un ex-policier? (VIDÉO)

03/12/2014 03:08 EST | Actualisé 04/12/2014 10:15 EST

Un chasseur accuse la Sûreté du Québec de ne pas avoir donné suite à sa plainte contre un ex-policier. La SQ a finalement soumis la plainte au procureur lorsqu'elle a su que l'émission Enquête allait diffuser un reportage sur le sujet.

Un texte de Luc Chartrand

Styve Dibble et son ami (qui a demandé de ne pas être nommé), deux chasseurs de la grande région de Montréal, sont allés en septembre à la chasse à l'orignal dans la vallée de la Matapédia, dans la zone d'exploitation contrôlée (ZEC) Casault.

Les guerres de territoire entre chasseurs sont nombreuses dans cette région. Le territoire est limité, il y a beaucoup de chasseurs et la compétition est forte.

« Les gars prennent trop ça à cœur ici. Ce sont leurs orignaux. Ils disent tous la même affaire : "Ce sont mes orignaux". »

— Styve Dibble

Les ZECS, ou zones d'exploitation contrôlées, sont des territoires de chasse, de pêche et de plein air situés au Québec, généralement sur des terres publiques. Elles sont administrées par des organismes à but non lucratif.

Altercation à propos d'une cache

Un matin de septembre, avant le lever du jour, son ami aperçoit la cache d'un autre chasseur. Il décide d'y monter pour, dit-il, s'y réchauffer. Peu de temps après, le propriétaire de la cache arrive. Il s'agit de Gilles Lavoie, un policier retraité de la Sûreté du Québec.

« En débarquant de son quatre roues, il a sorti son fusil. Il est venu vers moi avec son fusil comme ça dans les airs. Il commence à me donner de la marde (sic) et me dire que je suis ben mieux de descendre, pis, ça presse. »

— L'ami de Styve Dibble

Un sentiment d'intimidation

Styve Dibble, qui assiste à la scène se demande comment ça va tourner. « J'ai dit : "Wow, je vais assister à un meurtre?" [...] Tu ne peux pas sortir une arme à feu de même. C'est intimidant. »

L'ami de Styve Dibble a porté plainte à la police. Un membre de son groupe a filmé la rencontre à caméra cachée.

D'après l'ami de Styve Dibble, aussitôt que la police a su que l'autre chasseur était Gilles Lavoie, elle a changé d'attitude : « Ils ont comme "backé". Ils ne voulaient plus prendre de rapport, ils disaient qu'il n'y avait pas matière à avoir de plainte. »

« Dès qu'une police sait que c'est une autre police, c'est sûr qu'ils ne veulent pas s'en mêler. »

— L'ami de Styve Dibble

La policière qui mène l'entrevue avec le plaignant tente de lui faire valoir que le dossier a peu de chances d'être retenu par un procureur. « Il n'y a pas d'article au niveau du Code criminel pour de l'intimidation », a-t-elle affirmé. Ce qui est une erreur, car un tel article existe dans les faits.

Pourtant, deux mois plus tard, la Sûreté du Québec a changé d'avis lorsqu'elle a appris la diffusion prochaine d'un reportage d'Enquête sur le sujet. En début de semaine, la SQ a soumis la plainte à un procureur. Ce dernier déterminera si des accusations seront ou non portées contre l'ex-policier.

En entrevue à Radio-Canada, Guy Lapointe, porte-parole, Sûreté du Québec, a déclaré que si le plaignant pense qu'il y a eu faute de la part de la policière, il peut se plaindre à la déontologie policière.

Ne manquez pas le reportage de Luc Chartrand sur les conflits entre chasseurs, diffusé le 4 décembre à l'émission Enquête sur ICI Radio-Canada Télé

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter