NOUVELLES

Une autre décision sur un policier en lien avec la mort d'un Noir sème la colère

03/12/2014 04:51 EST | Actualisé 02/02/2015 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Un policier blanc du Service de police de New York qui a participé à l'arrestation d'un homme noir non armé qui est mort au cours de l'intervention ne sera pas accusé, a tranché un grand jury de Staten Island, mercredi, selon un avocat de la famille de la victime.

Daniel Pantaleo a été filmé alors qu'il prenait par le cou Eric Garner, soupçonné de vendre des cigarettes illégalement, le 17 juillet dernier. L'affaire avait suscité la controverse dans la ville, alors que certains ont accusé le policier d'avoir fait du profilage racial.

L'avocat du district, Daniel Donovan, a précisé que le jury n'avait pas trouvé de «raison valable» pour mettre en accusation M. Pantaleo. Il n'a pas fourni plus de détails sur la décision controversée.

La décision pourrait alimenter les tensions, déjà vives depuis les événements de Ferguson, au Missouri. Il y a un peu plus d'une semaine, il a en effet été annoncé que le policier blanc Darren Wilson, qui a abattu le jeune Michael Brown, ne ferait face à aucune accusation.

Après l'annonce, des milliers de New-Yorkais se sont rassemblés près de l'immense sapin de Noël du Centre Rockefeller pour contester la décision, scandant des slogans pour appeler la population blanche à se «réveiller». À Staten Island, où M. Garner est décédé, des manifestants en colère criaient «Je ne peux pas respirer» — ce qu'aurait dit la victime lorsqu'il se faisait immobiliser par le policier.

Le procureur général Eric Holder a d'ailleurs indiqué mercredi en fin de journée que l'administration fédérale mènerait sa propre enquête de droits civils sur cette affaire.

En prévision de l'annonce, les représentants de la police ont rencontré des membres de la communauté de Staten Island pour s'assurer qu'il n'y aurait pas de débordements comme à Ferguson, où la nouvelle avait causé des manifestations violentes. Une centaine de personnes avaient été arrêtées et 12 édifices commerciaux avaient été détruits par les flammes. Or, jusqu'à maintenant, les manifestations à New York sont restées plutôt pacifiques.

Le commissaire du plus grand service de police du pays William Bratton avait aussi ordonné à ses agents de suivre une nouvelle formation sur l'utilisation de la force dans le cadre de leur travail.

Jonathan Moore, l'avocat de la famille de M. Garner, s'est dit surpris de la nouvelle étant donné la preuve vidéo et le rapport du médecin légiste.

La vidéo présentait M. Garner, âgé de 43 ans, qui demandait aux policiers de le laisser tranquille. M. Pantaleo l'a aussitôt agrippé par le cou, une pratique qui est interdite chez les policiers de New York. Le coroner avait statué que la prise du policier avait entraîné la mort de l'homme.

M. Pantaleo a indiqué par voie de communiqué que son intention n'avait jamais été de blesser quelqu'un. Il a ajouté qu'il se sentait mal d'avoir causé la mort de M. Garner, priant sa famille d'accepter ses condoléances.

La mère de M. Garner a dit avoir eu le coeur déchiré par cette annonce.

«Qu'est-ce qu'ils ont regardé? Est-ce qu'ils ont vu la même vidéo que tout le monde a vue?», a-t-elle regretté.

Les politiciens n'ont pas tardé à réagir pour faire un appel au calme dans la population.

«Je ne peux pas m'empêcher de penser ce que ça me ferait de perdre Dante (un de ses fils, qui est métis). La vie ne serait jamais la même», a confié le maire de New York, Bill de Blasio, qui a annulé une apparition publique pour rencontrer le père de la victime.

Le président américain Barack Obama a quant à lui fait valoir que ce nouvel événement confirmait l'importance de restaurer la confiance entre les communautés et les forces de l'ordre.

«Il y a trop d'institutions où les gens considèrent qu'ils ne sont pas traités équitablement», a-t-il ajouté, sans commenter précisément le cas de M. Garner.

M. Pantaleo avait dû remettre son arme et son écusson et avait été affecté à du travail de bureau pendant que son dossier était sous enquête. M. Bratton a précisé que l'agent serait suspendu le temps qu'une enquête interne soit menée par le service de police de New York, au terme de laquelle M. Pantaleo pourrait faire face à des mesures administratives.

PLUS:pc