NOUVELLES

Seize nouvelles accusations sont portées dans l'affaire «Heartbleed»

03/12/2014 05:48 EST | Actualisé 02/02/2015 05:12 EST

OTTAWA - La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déposé 16 nouvelles accusations contre l'étudiant en informatique ontarien déjà accusé en avril relativement à la faille informatique «Heartbleed» et la perte de données sur le site de l'Agence du revenu.

Stephen Arthuro Solis-Reyes, de London, est soupçonné d’avoir «exfiltré des données en transférant illégalement des renseignements sensibles du réseau de l’Agence du revenu du Canada (ARC) vers un autre lieu», indique la GRC.

Il avait été accusé en avril d’utilisation non autorisée d’ordinateur et de méfait. Mais alors qu’elle enquêtait sur l’atteinte à la protection de données visant le site de l’ARC, la GRC a découvert d’autres victimes non reliées à ce dossier. Solis-Reyes aurait également exfiltré des données de plusieurs autres réseaux informatiques, dont certaines victimes se trouvent au Canada et d’autres à l’étranger, a indiqué la GRC, mercredi, dans un communiqué.

Seize nouvelles accusations, sous cinq chefs, ont donc été déposées en lien avec les nouvelles victimes: avoir obtenu des services d’ordinateur, avoir intercepté toute fonction d’un ordinateur, méfait, possession d’un mot de passe d’ordinateur qui permettrait son utilisation non autorisée, et possession d’instruments utiles à la commission d’une infraction en lien avec l’utilisation non autorisée d’ordinateur.

Solis-Reyes doit comparaître à Ottawa le 19 décembre.

Lors de la découverte du bogue «Heartbleed», en avril dernier, l'ARC avait temporairement fermé l'accès à ses services en ligne. Les contribuables ont même bénéficié d'une période de prolongation pour déposer en ligne leur déclaration de revenus. D'autres agences gouvernementales avaient aussi fermé l'accès public à leur site.

PLUS:pc